Greg Van Avermaet, 3e de l’étape au Tour de France: «J’ai donné tout ce que j’avais en moi» (vidéo)

Belga
Belga

Greg Van Avermaet (CCC Team) s’est dit heureux de sa troisième place dans la sixième étape du Tour de France avec arrivée au sommet du Mont Aigoual, jeudi. « Si quelqu’un est meilleur, je ne suis jamais déçu », a réagi le champion olympique après sa longue échappée.

Van Avermaet figurait dans le groupe de huit échappés du début de l’étape entre Le Teil et le Mont Aigoual. « Une des plus fortes échappées à laquelle j’ai pris part. J’ai vu des coureurs très forts démarrer et j’ai sauté dans leurs roues », a expliqué Van Avermaet. « C’est un peu une question de prestige que de se retrouver dans un tel groupe. Mais nous n’avons pas roulé gratuitement : il était très difficile de s’échapper et de prendre les trente premières secondes. Mais quand j’ai vu la composition du groupe, j’ai su que nous irions très loin. »

Coureur le mieux classé au général, le Flandrien a été virtuel maillot jaune pendant un certain temps. « Je visais avant tout la victoire d’étape. Mais on ne sait jamais si quelque chose se passe à l’arrière dans le peloton. Ce n’était pas la montée parfaite sur laquelle les coureurs de classement pouvaient attaquer, donc je savais qu’ils attendraient. Je m’étais accroché ces derniers jours et cette fois, je ne voulais pas lâcher cette pensée du maillot jaune. »

Finalement, Van Avermaet est passé à côté des deux. « Je savais déjà qu’il serait difficile de gagner quand j’ai vu des coureurs comme Herrada, Lutsenko et Roche dans notre groupe. Mais la course est toujours différente après une journée à l’avant. Je suis déjà venu en vacances ici une fois et je savais que j’avais une chance de gagner si je pouvais survivre aux pentes raides du Col de première catégorie. J’y croyais, mais ces tronçons abrupts m’ont un peu tué quand les autres ont commencé à attaquer. Je n’arrivais pas à trouver mon rythme, et puis il était difficile de le reprendre. »

« Je suis heureux. Je n’ai commis aucune erreur. J’ai fait ce que j’avais à faire et j’ai donné tout ce que j’avais en moi. Je n’étais juste pas assez bon. Je suis tombé sur un Lutsenko qui était plus fort. C’est comme ça. Il y a encore des possibilités, je pense. Nous sommes encore assez tôt dans le Tour. Les vraies étapes de montagne sont trop difficiles. Je dois essayer de tirer le meilleur parti possible des étapes de transition », a conclu Van Avermaet.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous