Accueil Belgique Politique

Commission spéciale corona: un an pour tirer les leçons d’une crise historique

Après un faux départ au cœur de l’été, les députés entament leurs travaux ce vendredi. Un agenda est sur la table mais il manque encore beaucoup de documents. Et un quatrième expert…

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Cette fois, cela devrait être la bonne. Après une première réunion chaotique début août, la commission spéciale chargée d’examiner la gestion de l’épidémie de Covid-19 par la Belgique entame réellement ses travaux ce vendredi. Il est prévu de s’entendre sur le nom d’un quatrième expert (on le cherche depuis mi-juillet et son rapport aurait déjà dû être rendu, mais soit…) et de fixer l’agenda des prochains mois.

On enchaînera avec la suite des discussions entamées en août avec Leila Belkhir, Floor Lams et Yves Coppieters, les trois experts déjà dans la place. Experts qui, entre-temps, ont pu finir leurs rapports souvent très critiques. Bref, la vraie rentrée de la commission Covid, c’est ce vendredi. L’occasion de refaire le point pour tous ceux qui n’auraient pas suivi.

1

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Pire Bernard, vendredi 4 septembre 2020, 9:01

    Ces commissions parlementaires, c'est juste de la poudre aux yeux pour donner l'impression au citoyen qu'on se préoccupe du sujet. Ce sera encore une tribune de plus pour entendre pérorer des experts de tout poil, éventuellement faire de la retape pour certains obscurs politiciens. Vous vous souvenez de l'ineffable Marc Verwilghen ? Cette crise illustre la vulnérabilité de notre société devant ce monde des médias qui façonne les opinions et véhicule la peur au lieu d'informer. Elle met aussi en lumière les conséquences des coupes sombres successives dans les budgets de certains secteurs clé et la facilité avec laquelle on nie les droits constitutionnels des gens sans que personne s'en émeuve. L'homme ne descend pas du singe, il descend du mouton, disait le chanteur...

  • Posté par Talbot Marc, vendredi 4 septembre 2020, 9:07

    Malgré l'amertume du propos, je partage en tous points votre opinion sur la vulnérabilité de notre société face au monde des médias et des réseaux sociaux.

  • Posté par Rousseaux , vendredi 4 septembre 2020, 8:20

    Inutile d'attendre, la conclusion est déjà claire: Il faudrait rationaliser le circuit de décision, donc, recentrer et refédéraliser: On en parlera pendant huit jour, puis, le nationalisme stoppera tout, et tout le monde s'écrasera, comme d'habitude...

  • Posté par Cho R, vendredi 4 septembre 2020, 8:19

    « On a mis tout le paquet sur la santé physique en négligeant la santé mentale ». Il se pourrait bien en effet que la peur nourrie sans cesse par les médias ait déclenché un délire collectif qui nous empêche de raisonner, d'évaluer correctement la réalité. https://www.lemediatv.fr/emissions/2020/covid-19-la-peur-a-t-elle-declenche-un-delire-collectif-SW5b5D-gTTiEI4IMVtfQjA

  • Posté par Pellegrini Marie-Jo, vendredi 4 septembre 2020, 10:44

    Sans nier la gravite demontree de cette maladie, il est evident que l obligation generalisee de porter un masque, meme seul dehors, est une belle illustration de delire collectif.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs