Accueil Opinions Éditos

Une commission qui doit regarder nos 10.000 morts en face

La commission spéciale chargée d’examiner la gestion de l’épidémie de Covid-19 par la Belgique entame réellement ses travaux ce vendredi.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Un rendez-vous avec l’histoire ? L’expression est galvaudée, elle a tant servi. Pourtant elle est la seule qui convienne. Comment les députés qui vont se retrouver dans la commission spéciale chargée d’examiner la gestion de l’épidémie de Covid-19 pourraient-ils penser qu’il en aille autrement ? Et qu’ils devraient avant tout chercher à se protéger l’un l’autre ?

10.000 morts dont plus de la moitié résidant dans des maisons de repos dans des conditions de solitude, d’abandon psychologique et logistique insoutenables : voilà des corps, ceux des nôtres, qui demandent qu’on comprenne et qu’on identifie tout ce qui n’a pas fonctionné et ce qu’on doit impérativement faire mieux. Car il y aurait pire que de ne pas dire ce qui a dysfonctionné : ne pas rectifier le tir de façon, la prochaine fois – qui se produira –, à ne pas répéter les mêmes erreurs. Le message vaut aussi pour les commissions Covid régionales.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

21 Commentaires

  • Posté par Raurif Michel, lundi 7 septembre 2020, 16:27

    Madame, vous annoncez 10.000 morts ! En avez-vous fait les autopsies ? La plus élémentaire des vérités est de répondre non , alors 10.000 , c'est un peu, beaucoup exagéré !!!

  • Posté par LAMBERT André, vendredi 4 septembre 2020, 22:01

    N'en déplaise à une espèce de "négationnisme" de certains, une surmortalité évidente a été constatée en Belgique. Il n'y a pas pire aveugle ou sourd que celui qui ne veut voir ou entendre. Et ce n'est pas une commission spéciale, mais bien une commission d'enquête ou éventuellement la désignation d'un juge d'instruction qu'il eut fallu, si toute la clarté pouvait espérer aboutir sur les nombreux manquements, lacunes, manque de proactivité constatés dans le cadre de cette crise sanitaire.

  • Posté par Pierre Lison, vendredi 4 septembre 2020, 13:14

    Pas assez de masques ? C’est comme manquer de chasses neiges à la côte d’azur. Pas de tests ? C’était un nouveau virus et il n’est pas certains que tous les tests soient fiables. Surmortalité ? Oui ! Mais combien « en fin de vie » ? Mais il faut des « coupables ».

  • Posté par GEORGES Jean, vendredi 4 septembre 2020, 16:06

    Et combien de morts qui ont été utilisés en "cobaye" pour essayer tout et n'importe quoi...

  • Posté par Chevalier , vendredi 4 septembre 2020, 12:29

    Je suis assez d'accord avec l'intervention de Mr Nicodème Claude. La plupart de ces personnes décédées étaient clairement en fin de vie vu leur âge et les "comorbidités". Il serait intéressant, connaissant le profil des personnes décédées de calculer l'espérance de vie perdue. Cela ne doit pas être énorme. Fallait-il prendre autant de mesures aussi impactantes pour l'ensemble de la société, qu'on va payer pendant une génération. Pour moi, c'est cela la vrai question.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs