Beyrouth: un possible survivant sous les décombres, un mois après les explosions

Beyrouth: un possible survivant sous les décombres, un mois après les explosions

Le 4 août dernier, des explosions issues d’un entrepôt hébergeant sans précaution particulière une importante quantité de nitrate d’ammonium avaient ravagé des quartiers entiers de la ville, tuant 191 personnes et en blessant plus de 6.500 autres, selon le dernier bilan officiel communiqué jeudi.

Des respirations entendues

On apprenait jeudi qu’un éventuel survivant de l’explosion a été localisé mercredi soir, près d’un mois après le drame. Des scanners thermiques ont détecté des battements de cœur sous des décombres signalés par un chien renifleur d’une équipe de sauveteurs chiliens présents sur place, a indiqué le gouverneur de la capitale libanaise, Marwan Abboud. Michel al-Murr, de la brigade des pompiers de Beyrouth, a également rapporté la détection de pulsations « d’une personne » à environ deux mètres sous les décombres grâce à une caméra thermique. Au micro d’une chaîne locale, un secouriste libanais a par ailleurs ajouté que les scanners avaient capté « 19 respirations par minute ».

Les sauveteurs chiliens ainsi que des équipes de la défense civile libanaise et des pompiers tentent, jeudi, de débarrasser les décombres du bâtiment concerné.

Sept personnes sont toujours portées disparues.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous