Coronavirus: la région de Madrid «au bord de l’effondrement» face à la deuxième vague

Coronavirus: la région de Madrid «au bord de l’effondrement» face à la deuxième vague

En Espagne, la deuxième vague épidémique met à rude épreuve le système de santé, surtout dans la région de Madrid qui représente depuis le début de l’épidémie près d’un tiers des plus de 29.000 morts du Covid-19 dans le pays.

Sur les sept derniers jours, Madrid concentre 73 des 191 morts et 30 % des cas détectés. La situation est « très, très préoccupante », admet la docteure Silvia Duran, porte-parole de l’association de médecins Amyts, évoquant « une rapidité de progression » de la courbe de contagion « similaire à celle du début de la pandémie ».

« Nous sommes au bord de l’effondrement », confirme José Molero, du syndicat de soignants Csit.

Espoir d’un meilleur traitement

L’espoir d’un meilleur traitement de la maladie a émergé du Royaume-Uni où une étude démontre que l’hydrocortisone, un stéroïde peu coûteux, permet de réduire d’environ 20 % le risque de décès des patients atteints de formes graves de la maladie.

L’hydrocortisone, un anti-inflammatoire répandu dans le milieu médical, permet d’augmenter « les chances de survie » mais aussi « d’accélérer la guérison » des patients atteints des formes les plus sévères du virus, a expliqué jeudi à l’AFP Anthony Gordon, chercheur de l’Imperial College de Londres, à la tête de l’équipe britannique participant à cette étude internationale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Ce lundi, à une soixantaine de kilomètres au sud de Mingatchevir, une usine de coton a été détruite par des bombardements arméniens.

    Par Emmanuel Grynszpan

    Europe

    Caucase: Mingatchevir, cible ultime de la guerre du Karabakh

  • Le «
tourisme Beatles
» est une bouffée d’oxygène pour Liverpool. Enfin, était...

    Par Marc Roche

    Europe

    A Liverpool, l’industrie des Beatles broie du noir

  • «
Nous sommes des femmes qui attendons le retour ou la mort de nos hommes.
»
: Sida Gazaryan devant la tombe de son mari Ararat au cimetière de Stepanakert. © Reuters

    Par MAGDALENA CHODOWNIK

    Europe

    Le conflit sans fin du Haut-Karabakh

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous