Emmanuel André: «Des membres du gouvernement ont un discours anti-science»

Emmanuel André: «Des membres du gouvernement ont un discours anti-science»
Le Soir

Emmanuel André, ancien porte-parole du Centre de crise et microbiologiste, était invité ce vendredi matin dans les studios de Matin Première. Une journée riche en actualités covid : une commission spéciale corona a été lancée. La nouvelle composition du Celeval doit également être approuvée par le Conseil des ministres restreint. Le Celeval, le groupe d’expert en charge de conseiller le Conseil national de sécurité (CNS), accueillera notamment des économistes et des psychologues.

Emmanuel André voit cet élargissement comme une bonne chose : « On est passé d’une crise qui était purement médicale, avec une épidémie très aiguë, à une crise beaucoup plus complexe, […] avec une prise de conscience par rapport à la santé mentale. Il y a aussi toute cette composante économique. […] Il faut prendre en considération beaucoup plus d’expertise et il faut aussi recréer du sens, il faut savoir vers où on va. Avoir un organe pluridisciplinaire est donc quelque chose d’extrêmement important. Il faut maintenant essayer de redéfinir, de réinventer, les priorités. »

« On sent que ce gouvernement est sensible à ces lobbies-là. »

Par contre, certains experts scientifiques manquent à l’appel : « On a enlevé les experts de la vaccination, les gens qui savent planifier la vaccination. On a enlevé les experts liés à tout ce qui est modélisation prédictive. Il y a donc toute une série d’expertises qui a été enlevée de cet organe maintenant officiel. Par contre, il y a d’autres choses qui ont été rajoutées. La chose la plus frappante, c’est qu’on a intégré dans cet organe de l’État des lobbies. Le lobby de l’économie, de l’événementiel. On sent que ce gouvernement est sensible à ces lobbies-là. »

Pour le virologue, certains corps de métier n’ont pas été assez écoutés. « Le monde de la médecine du travail, tout ce qui est prévention, tout ce qui est médecine scolaire, l’éducation à la santé, les experts en communication », cite l’expert. « Parce que qu’est-ce qu’on voit aujourd’hui ? On voit énormément de théories du complot qui ont émergé et c’est parce que la stratégie de communication est probablement trop faible pour expliquer. Une partie de la population est très sensible à cette théorie du complot. On sait qu’une partie du gouvernement [y est très sensible aussi] par rapport à tout ce qui est expertise autour du climat par exemple. Certains membres du gouvernement sont sensibles à ces discours anti-science. ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous