Tout ce qu’il faut retenir de la 7e étape du Tour de France: Van Aert double la mise, Yates conserve le maillot jaune (vidéo)

@Belga
@Belga

Une étape de transition avant les Pyrénées, un scénario cousu de fil blanc pour un sprint massif à Lavaur. Une hypothèse rapidement démentie par un coup de force organisé par la formation Bora.

S’ils laissaient Cosnefroy prendre les points dans la première côte du jour, les équipiers de Peter Sagan durcissaient l’allure et profitaient du vent balayan l’Aveyron pour faire éclater le peloton.

Un joli coup tactique dessiné dans l’optique de répondre aux critiques et récupérer le maillot vert. Sam Bennett pointant effectivement dans un deuxième groupe alors qu’Ewan, Kristoff et Nizzolo se trouvaient plus loin encore. Deuxième sur la ligne du sprint bonification, Sagan récupérait dès lors « sa » tunique verte.

Unique représentant Lotto dans le bon groupe, De Gendt s’extrayait seul à 95 bornes de l’arrivée, un pari insensé… sauf pour lui. Notre compatriote repris, un nouveau coup de gaz scindait le groupe de tête en deux, condamnant Pogacar, Porte et Landa notamment, au même titre que Carapaz, victime lui d’un pépin mécanique. Conscients de la bonne affaire, Astana et la FDJ redoublaient d’efforts devant.

La victoire n’allait concerner qu’une quarantaine d’hommes, les plus véloces sur papier s’appelant Coquard, Sagan et Van Aert. Au moment de lancer le sprint, c’est Boasson Hagen qui produisait son effort le premier, autoritaire mais remonté sur la droite par un Wout Van Aert irrésistible alors que Sagan, enfermé, échouait du 13e rang, loupant l’occasion de faire le plein au classement par points.

Lauréat l’an passé à Albi, le champion de Belgique du chrono se sent visiblement chez lui dans le Tarn. Quant à Adam Yates, le voilà toujours en jaune au pied des Pyrénées, d’autant plus serein que certains rivaux potentiels ont perdu du terrain.

L’homme du jour

Wout Van Aert a beau rappeler qu’il doit avant tout favoriser les desseins de Roglic, ses instants de liberté sont rentabilisés ! Deux victoires en trois jours, au terme de la plus belle journée de ce Tour, il conforte ceux qui l’estiment le plus costaud du peloton actuel. Ce week-end, il retrouvera son rôle d’équipier de luxe.

L’équipe du jour

La formation Bora gardera le mérite d’avoir fait vivre cette étape en la dynamitant dès le départ. À la clé, un peloton explosé en plusieurs groupes et le maillot vert retrouvé pour Sagan après l’avoir laissé deux jours à Sam Bennett.

Le Belge du jour

Si l’on excepte Wout van Aert, Thomas De Gendt s’est autorisé une fugue en solitaire d’une soixantaine de bornes. Pas de succès à la clé ni même la combativité mais l’occasion de vérifier que les jambes tournent et de rappeler à tout un chacun qu’il peut démarrer à n’importe quel moment et, surtout, réussir dans son entreprise.

Le battu du jour

Il n’est pas le seul mais Tadej Pogacar a perdu un temps précieux (1.21) dans l’optique du classement général. Une grosse déception pour le jeune Slovène alerte et serein depuis le départ de Nice, dépossédé par la même occasion du maillot blanc, au bénéfice d’Egan Bernal.

Le chiffre du jour

19. Voici 19 ans, en 2001, Rik Verbrugghe s’était imposé à Lavaur, dominant l’Italien Pinotti dans un sprint à deux. On se souvient de ses lunettes lui tombant sur le nez à deux reprises dans les derniers mètres.

L’image du jour

La vidéo de l’arrivée

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous