Accueil Société

Migration: quand la police atteint ses limites

Face à la migration de transit et la criminalité qui gravite autour, les polices locales et fédérale sont démunies. Entre pénurie de moyens, dangers, usure, détresse humaine et manque de résultats, les policiers perdent leur motivation pour lutter efficacement contre la migration de transit et le trafic d’êtres humains.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 8 min

Le 19 décembre 2019, sur l’aire d’autoroute de Thieu, dans le Hainaut, une vingtaine de policiers sont mobilisés dans le cadre de l’opération Médusa qui lutte contre le trafic d’êtres humains. Le but ? Intercepter les migrants qui tentent de grimper dans les camions pour rejoindre l’Angleterre. Mais à bien y regarder, ce déploiement a plus des airs de coup de com’ destiné au ministre de l’Intérieur et à la presse que d’une réelle opération de contrôle.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs