Négociations fédérales: les présidents de partis réagissent, le MR voit bien Sophie Wilmès rester au 16

Négociations fédérales: les présidents de partis réagissent, le MR voit bien Sophie Wilmès rester au 16

Nous avons enfin une percée », s’est réjouit le président de l’Open VLD Egbert Lachaert vendredi après avoir été nommé préformateur par le Roi. Il sera associé dans cette mission au président du SP.A Conner Rousseau. Sept partis poursuivent les négociations et le CDH reste à quai, a-t-il confirmé.

Le président du SP.A, Conner Rousseau, réagit avec « enthousiasme » après sa nomination comme préformateur. « Je suis heureux d’avoir acquis, avec Egbert Lachaert, la confiance nécessaire pour mener un projet progressiste qui permettra à notre pays de sortir de la plus grande crise sanitaire et économique de l’après-guerre », déclare M. Rousseau. « Après des mois d’inactivité, nous pouvons enfin aller de l’avant et je vais travailler très dur pour mettre rapidement en place un gouvernement fort qui travaille à l’amélioration des soins de santé, des salaires et des pensions et à un pays où chacun se sent en sécurité ».

Georges-Louis Bouchez (MR), estime-lui que « le 16 rue de la Loi n’appartient pas au MR ». Il n’exclut cependant pas que Sophie Wilmès garde le poste de Première ministre. « Ce que je vois, ce sont les sondages d’opinion, le travail effectué par Sophie Wilmès. On ne peut pas dire qu’elle ne mérite pas la fonction qui est la sienne aujourd’hui », explique-t-il au micro de la RTBF.

Pourquoi pas n’y a-t-il pas de préformateur francophone s’interrogent certains. Pour le président du PS Paul Magnette, interrogé par la RTBF, « ce qui compte c’est surtout l’équilibre politique, le fait que la famille socialiste, première famille politique, soit représentée dans ce duo est important. Et ce pour que les accents sociaux soient entendus dans cette note, avant qu’on commence à négocier dès ce week-end. »

Du côté d’Ecolo, Rajae Maouane compte bien défendre la transition écologique, et notamment insister sur l’arrêt du nucléaire. « Aux dernières élections, les Belges ont montré que la transition écologique et solidaire était au cœur de leurs préoccupations, c’est fort de ça que l’on porte ce message », a-t-elle expliqué à la RTBF.

En direct sur Facebook ce vendredi après-midi, depuis le siège du parti, rue du Commerce à Bruxelles, Maxime Prévot souligne qu’« aucun des trois partis francophones » parmi ceux qui négocient la Vivaldi – à savoir le MR, Ecolo, et le PS – « ne souhaitait nous associer à part entière, nous faire monter sur le terrain ».

Le Vlaams Belang, lui, promet « une opposition féroce » « Le Vlaams Belang promet déjà une forte opposition lorsqu’il s’avérera une fois de plus que ce seront les Flamands qui seront autorisés à payer les frais », déclare le président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken. Le parti d’extrême droite dénonce notamment le fait qu’il s’agit d’un gouvernement de gauche, principalement francophone.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous