Jan Vertonghen: «C’est impossible de reprendre le rôle de Vincent Kompany chez les Diables rouges»

Photo News
Photo News

Alors qu’il n’a pratiquement pas participé aux entraînements collectifs de la semaine, le nouveau défenseur de Benfica sera bien au coup d’envoi face au Danemark ce samedi. À 33 ans, le recordman de sélections chez les Diables connaît suffisamment son corps pour savoir s’il peut jouer ou non. Et n’a pas encore envie de tirer sa révérence à quelques mois de l’Euro.

Jan Vertonghen, que pensez-vous du Danemark, votre premier adversaire dans cette Nations League ?

C’est une très bonne équipe avec de nombreux joueurs capables de faire la différence. Cette équipe peut vraiment battre tout le monde. On a également une bonne équipe et ce sera vraiment un beau match.

Vincent Kompany a récemment pris sa retraite et a suivi le mouvement d’autres joueurs comme Fellaini ou Dembélé qui ont arrêté les Diables. Est-ce que cela vous trotte dans la tête ?

Ce sont trois joueurs de ma génération. J’ai joué plus de matchs avec eux que sans eux. Ils ont tous des raisons d’arrêter. Ce n’est pas encore mon cas. Je suis évidemment plus près de la fin que du début de ma carrière avec les Diables mais j’adore être ici.

Allez-vous reprendre le rôle de Vincent Kompany ?

Il est impossible de reprendre le rôle de Vincent. Il est unique. J’avais déjà un rôle dans le groupe et je vais continuer à ce que je faisais déjà avant. Chacun a son caractère et agit comme il le sent dans le groupe.

Il sera notamment remplacé sur le terrain par Jason Denayer. Que pensez-vous de lui ?

Il a fait une superbe saison avec Lyon notamment en Ligue des champions. C’est un très bon défenseur avec beaucoup de vitesse et de plus en plus d’expérience au plus haut niveau. Il a été très bon quand je l’ai vu jouer. Il peut devenir un défenseur très important pour nous.

Pourquoi avez-vous choisi Benfica pour poursuivre votre carrière ?

J’avais de nombreuses opportunités que ce soit en Belgique, aux Pays-Bas ou ailleurs mais je ne veux pas donner de noms. J’avais dressé une liste de points qui importaient pour moi. Il y avait la qualité du club, les ambitions que ce soit en championnat ou en Coupe d’Europe, le niveau des autres joueurs ou encore la durée du contrat que je pouvais signer. Benfica cochait de nombreuses cases de ma liste. C’était le choix idéal.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous