Décès de la chanteuse Annie Cordy à l’âge de 92 ans

Décès de la chanteuse Annie Cordy à l’âge de 92 ans
AFP

La chanteuse bruxelloise Annie Cordy, interprète de succès populaires comme « Tata Yoyo » et « La bonne du curé », est décédée à l’âge de 92 ans vendredi, près de Cannes, a indiqué sa nièce Michèle Lebon à l’AFP.

« Elle a fait un malaise vers 18h00. Les pompiers sont arrivés très vite, ont tout tenté pour la ranimer », a indiqué sa nièce qui vivait avec elle dans une maison sur les hauteurs de Cannes depuis des années.

Léonie Cooreman, de son vrai nom, est née à Laeken le 16 juin 1928. Elle a commencé à chanter très jeune, passant des petits spectacles aux redoutés « radio-crochets », puis à de vrais débuts au Bœuf sur le Toit, le cabaret en vogue à l’époque à Bruxelles. Après cette expérience bruxelloise, Annie Cordy mènera de nombreuses autres revues entre 1951 et 1952 sur les scènes du Lido et du Moulin Rouge à Paris. C’est à cette époque qu’elle rencontre l’imprésario Henri Bruneau qui deviendra son mari.

C’est cependant dans la chanson qu’elle prendra son réel envol international. Tour de chant au Moulin Rouge, Prix Maurice Chevalier à Deauville, contrat avec Pathé Marconi…, son parcours s’enrichit d’une première apparition à l’Olympia (1954) puis un an plus tard à Bobino. Qualifiée de « Martin Carol de la chanson » ou de « Maurice Chevalier en jupons », Annie Cordy voit sa réputation franchir l’Atlantique : New York, Rio, Cuba, Mexico sont autant d’étapes de l’itinéraire d’une artiste douée et comblée. « Née sur les planches, Annie Cordy est du music-hall comme on est d’un pays », dira à son sujet Dalida.

Annie chante avec Luis Mariano, interprète Francis Lopez, et se lance dans le cinéma (« Le chanteur de Mexico »). Mais à ses premiers films – des opérettes gentillettes, les cinéphiles préféreront de loin ses interprétations, à la fin des années ’60 et début ’70, dans « Le passager de la pluie » de René Clément, « Le Chat » de Pierre Granier-Deferre ou « Rue Haute » de notre compatriote André Ernotte. Elle a tourné dans plus de trente films, collaborant avec les plus grands, de Bourvil à Jean Gabin. Le théâtre lui fait également les yeux doux : elle jouera « L’Avare » de Molière, côtoiera Charles Aznavour sur la même scène pour la pièce « Sans cérémonie ».

Ces dernières années, Annie Cordy s’était produite en de nombreux endroits de France, de Belgique et de Suisse, notamment, donnant encore près d’une quarantaine de dates en 2013. Elle a également enregistré son dernier album en Belgique, comprenant des chansons de Noël et qui devait sortir en décembre 2014.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous