Accueil Culture Musiques

Adieu Nini, on t’aimait bien

Annie Cordy, née Léonie Cooremans, alias Nini la chance, Tata Yoyo, la Bonne du curé, a tiré sa révérence. C’était un monument du pays. Elle avait 92 ans.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

C’était il y a deux ans. Ce jour-là, le 7 juillet 2018, Annie, 90 printemps au compteur, pétait la forme. Rieuse, zwanzeuse, drôle, parfois émouvante, aussi, parfois la larme à l’oeil. Et, comme d’habitude, l’énergie. Une tornade ! Elle vient de nous quitter ce vendredi, en début de soirée.

Nous l’avions longuement rencontrée, à l’hôtel Métropole, là où tout avait commencé pour elle, à la Libération, en 1945. Elle avait alors dix-sept ans. A l’époque, elle avait chanté « dans la brasserie de l’hôtel, qui était de l’autre côté de la place De Brouckère, côté rue neuve. Les GI étaient là, et nous passaient des sous-bocks pour me demander des chansons, comme Swinging on a star, de Bing Crosby. C’était une longue salle. Comme c’était une brasserie, il y avait une certaine tenue. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par hayot alain, dimanche 6 septembre 2020, 23:00

    Il a fallut que le Président Macron se manifeste avec des mots bien choisis pour que le Palais publie un commentaire des plus laconique au sujet du décès de notre Annie Cordy. Elle avait pourtant été anoblie par le Roi Albert. Elle avait déclarée que la France était son pays et la Belgique sa patrie. Je crois que Philippe et Mathilde ne connaissent pas ses chansons et que "la bonne du curé" ou "ça ira mieux demain" ne sont pas chantées souvent au Palais. A moins que parce que Annie Cordy n'était pas très appréciée en Flandre, le triste Sir n'a pas osé à lui rendre l'hommage qu'elle mérite. Merci pour toute la joie que tu nous as donné Annie et qu'en écoutant tes chansons ton optimiste nous ferra encore beaucoup de bien quand on aura un moment difficile.

  • Posté par Echement Marie-anne, samedi 5 septembre 2020, 19:50

    C’etait Une belle personne ,une partie de ma jeunesse qui s’en va ,le talent ,la bonne humeur Et le travail... j’adore...

  • Posté par Delmée Jean-Louis, samedi 5 septembre 2020, 19:32

    Il y a 4 ans, elle est venue chanter au Karreveld à Molenbeek. Dans les années 50, ses refrains étaient partout. Elle est restée la même. La joie inondait son visage. Se retrouver à Molenbeek la rendait fort émue. C'est probablement la seule artiste que personne n'a jamais décriée. Elle n'était que joie et respect sans limites du public, qu'elle considérait comme ami et non comme public. Chapeau! Elle était rayonnante et est partie rayonnante!!! A l'Expo 58, on n'entendait dans les haut parleurs que "hello, le soleil brille, brille, brille" à longueur de journée. La Belgique, aux yeux de bien du monde étranger, c'est Jacques Brel et Annie Cordy. lls étaient fiers de garder l'accent bruxellois qui prouvait l'attachement à leurs racines. Ca est une fois dur hein Manneke!

  • Posté par Claudy D'Hooge, samedi 5 septembre 2020, 11:22

    C'est une immense artiste qui nous fait sa révérence, ambassadrice de notre pays elle a su nous faire aimer du monde entier, merci Nini la chance, Nini la bonne humeur restée humble jusqu'au bout. Tu vas terriblement manquer à tous les vrais Belges !

  • Posté par Theijs Robert, samedi 5 septembre 2020, 10:10

    Tous les Bruxllois exigent de la STIB de renommer immédiatement la station Bockstael en Annie Cordy la rue de Molenbeek ou vivait ses parents et moi aussi n'est pas bien loin

Plus de commentaires

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs