Hyundai domine le début du rallye d’Estonie avec le trio Tanak-Breen-Neuville

Hyundai domine le début du rallye d’Estonie avec le trio Tanak-Breen-Neuville
EPA

Après avoir étrangement perdu 1,5 seconde sur la courte super-spéciale (1,2 km) tracée à Tartu, épicentre du rallye d’Estonie, vendredi soir, Thierry Neuville a attaqué le quatrième manche du championnat du monde des rallyes, samedi à l’aube, avec beaucoup (plus) de détermination.

Neuville : « Pas encore à 100 % »

Visiblement moins à l’aise sur les deux premières spéciales très rapides et manquant d’adhérence, le pilote Hyundai est passé à l’attaque dans la 3e spéciale du jour ; l’occasion pour lui de remonter en 3e position provisoire. « Cette spéciale-ci était un peu plus lente et plus technique, et c’est ce qui explique sans doute notre meilleur chrono », commentait notre compatriote. « J’ai quand même été surpris par mon chrono car je ne suis pas encore à 100 %. La balance de la voiture est perfectible. »

Tanak : « Meilleur grip »

Il faut dire qu’après ces trois premières difficultés, Thierry Neuville pointait ainsi à la 3e place d’un trio de Hyundai, actuellement en tête de l’épreuve. Et si la domination d’Ott Tanak sur ses terres était évidemment attendue, la prestation de Craig Breen était à signaler, même si l’Irlandais avait pleinement profité de sa position plus avantageuse sur la route. « Je suis content de ma prestation jusqu’à maintenant, même si je dois un peu adapter mes notes qui sont trop rapides », disait-il.

De son côté, Ott Tanak disait : « J’ai moi aussi souffert sur les premières spéciales où la voiture manquait d’adhérence. Mais ici, avec plus de grip mécanique, nous avons pu tirer un meilleur profit de la voiture. »

Ogier : « Je fais ce que je peux »

De leur côté, les pilotes Toyota se montraient un peu moins ravis. « L’adhérence est vraiment précaire, je fais ce que je peux mais ce n’est pas facile », disait ainsi Sébastien Ogier, pointé à la 5e place, 4,7 secondes derrière Neuville, et 4,2 secondes derrière son équipier Evans.

Rovanpera : « Rien touché »

Mais les plus gros regrets étaient nourris par Kalle Rovanpera, premier leader de l’épreuve après la première spéciale du jour, avant d’être victime d’une délamination de son pneu arrière droit qui lui a fait perdre une trentaine de secondes sur les leaders, et donc une belle occasion d’être mieux placé sur la route dans la boucle de l’après-midi. « Je ne sais pas ce qui s’est passé avec l’arrière droit, car je n’ai rien touché », se lamentait le Finlandais.

Les Ford de Lappi et Suninen suivaient plus loin.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Neuville.

    Par Thierry Wilmotte

    Rallye

    Rallye de Turquie: le «plan de sauvetage» de Neuville passe par la victoire

  • Photo News

    Par DOMINIQUE DRICOT

    Formule 1

    Formule 1: Alexander Albon, un podium qui rassure

  • Surprise avec la victoire de l’Italo-Brésilien sur les terres de Rossi.

    Par Dominique Dricot

    MotoGP

    Moto GP: cette fois, c’est au tour de Morbidelli

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous