Thierry Neuville après son abandon en Estonie: «C’est ça le rallye» (vidéos)

Photonews
Photonews

Un brin abattu, mais surtout fataliste. C’est ainsi qu’est apparu Thierry Neuville, deux heures après le petit écart de trajectoire qui l’a forcé à l’abandon, samedi après-midi, à l’occasion d’une visioconférence organisée par Hyundai…

Thierry, décrivez-nous les circonstances de votre abandon ?

C’est très simple : c’est arrivé dans un gauche rapide passé en 6e vitesse, à 4 km de l’arrivée environ. Les ornières étaient très creusées, et l’avant de la voiture a été rejeté vers l’extérieur du virage. J’ai rattrapé la voiture, mais elle est alors partie en survirage, dans le bas-côté, où j’ai touché un truc, je ne sais pas quoi exactement, qui a immédiatement endommagé la suspension arrière droite. Nicolas et moi, on a tout de suite réalisé que c’était fini. Et de fait : le triangle de suspension était carrément arraché aux ancrages.

Quel est votre sentiment ?

Je suis évidemment très déçu car j’estime que c’est très cher payé pour un rallye que nous avions bien préparé. Sur un terrain qui a toujours été difficile pour Hyundai, nous étions en train de réaliser une performance de choix puisque nous occupions les trois premières places du classement. La course était en train de démontrer que nous avions bien préparé cela. On savait que c’était le risque de ce rallye : se faire jeter hors d’une ornière. On n’a pas été les seuls à vivre la mésaventure, mais on a été les seuls à y laisser une roue.

La malchance, encore une fois ?

Je dirais que la définition de cet accident, c’est le mot « rallye ». Le rallye, c’est ça. Je n’avais pas mis une seule roue à côté de la route jusque-là, et puis d’un coup je suis hors-course.

Reste la « Power stage » pour tenter de limiter la casse ?

Oui, on verra ce qu’on pourra faire en fonction de notre position sur la route. On va tout optimiser pour viser le meilleur temps dans cette spéciale qui est la seule qui nous intéresse encore.

Et le championnat ?

Beh, il est clair que si le rallye se termine comme il se déroule maintenant, ça va être plus compliqué. Je pense qu’il faut cependant faire les comptes demain à l’arrivée seulement. Le rallye en général nous a déjà réservé beaucoup de surprises dans le passé, et je suis certain qu’il nous en donnera encore. C’est clair qu’un abandon coûte plus cher cette année, mais on tentera de corriger le tir en Turquie, un rallye qui nous a souvent réussi et où la Hyundai fonctionne bien.

Le point positif de cette participation, c’est que la voiture semble avoir bien progressé ?

Oui, c’est exact. Je l’avais déjà dit avant le rallye. La seule crainte qu’on peut avoir, c’était que les autres avaient progressé tout autant. Mais visiblement, on a mieux travaillé qu’eux. C’est vrai que tout le monde a fait un super boulot après le confinement. Ça porte ses fruits ici, sauf pour moi…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • L’homme en est à sa 6
e
 saison dans la catégorie-reine.

    Par Dominique Dricot

    Formule 1

    Formule 1: Daniil Kvyat, l’inoxydable

  • Fabio Quartararo et Andrea Dovizioso

    Par AFP

    MotoGP

    MotoGP: le quatuor du championnat devant aux premiers essais libres en Catalogne

  • Mir, Vinales et Espargaro, trois Espagnols qui rêvent de remplacer Marc Marquez dans les coeurs.

    Par Dominique Dricot

    MotoGP

    MotoGP: l’Espagne se cherche un nouveau roi

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous