Succès pyrénéen pour Peters, Yates sauve le maillot jaune: ce qu’il faut retenir de la 8e étape du Tour de France (vidéos)

Reuters
Reuters

Une victoire française d’un coureur sous-estimé alors que Pinot a vu ses prétentions s’envoler.

La 8e étape : Cazères-sur-Garonne – Loudenvielle (141 km)

L’entrée dans les Pyrénées proposait une étape courte et donc dynamique avec le Col de Menté, le Port de Balès, premier col hors catégorie de ce Tour et le Col de Peyresourde avant la plongée vers Loudenvielle. Une longue échappée qui va au bout, la première bagarre entre les favoris ou les deux ?

L’offensive attendue se dessinait d’entrée à l’initiative du Danois Kragh Andersen qui emmenait avec lui douze autres noms dont Cosnefroy, le maillot à pois, Zakarin, Morkov et Ben Hermans, lequel découvre le Tour à 34 ans. Alors que l’écart culminait à 14 minutes et que Cosnefroy franchissait en tête le Col de Menté. Cousin anticipait dès le pied du Port de Balès, en vain.

Pendant que Zakarin et Nans Peters se dégageaient à leur tour devant, Pinot était décramponné du peloton, en délicatesse avec son dos : un jour noir pour le Vosgien. Meilleur descendeur que le Russe, Peters abordait seul l’ultime obstacle, le col de Peyresourde. Au sein du groupe des favoris, Dumoulin dictait le tempo jusqu’à l’attaque de Pogacar, contré par les seuls Roglic et Quintana, avant une temporisation générale.

Basculant seul en tête au sommet, le coureur AG2R, se lançait dans une descente victorieuse vers Loudenvielle. Dans la lutte pour le maillot jaune, un Pogacar revanchard (sur la veille) creusait un écart. Roglic démontrait, lui, une grande facilité mais visiblement peu d’envie d’endosser le maillot jaune. Tout profit pour ceux qui se trouvaient à la limite, Yates notamment.

À 26 ans, Nans Peters signait un petit exploit et levait les bras pour son premier Tour de France. Adam Yates, mis en difficulté certes, sauvait finalement son maillot jaune au prix d’une belle gestion de ses efforts, Pogacar récupérant 40 secondes, la moitié du viatique concédé à Lavaur.

L’homme du jour

La France espérait Pinot, Bardet ou Martin, c’est Nans Peters, de la formation AG2R qui lui a apporté un joli bouquet au coeur des Pyrénées. Une performance qui en dit long sur les capacités de ce coureur de 26 ans, originaire du Trièves, qui avait déjà remporté un succès au Giro en 2019.

L’attaquant du jour

Tadej Pogacar avait dû mal dormir la nuit précédente, piégé dans les bordures vers Lavaur, lâchant du temps et cédant le maillot blanc de meilleur jeune, à Bernal. Les premiers cols lui ont offert l’occasion de répondre sur les pédales, récupérant à la fois des secondes et la conviction de pouvoir lutter pour le classement.

Le Belge du jour

Ben Hermans est parvenu à intégrer l’échappée du jour. Le Limbourgeois de la formation Israël Start-Up Nations n’est pas parvenu à accrocher les meilleurs malgré ses aptitudes sur les terrains vallonnés. Il termine malgré tout 6e du jour, avec le mérite d’avoir essayé, lui qui découvre le Tour.

Le battu du jour

Thibaut Pinot doit se dire qu’il est maudit sur le Tour de France. Le premier col hors-catégorie lui a été fatal. Bloqué au niveau du dos, le chef de file de la FDJ a connu un long chemin de croix pour rejoindre l’arrivée. Concédant plus de 18 minutes aux autres ténors, il devra désormais viser une étape, si son physique le lui permet.

Le chiffre du jour

2007. L’année de la première ascension du Port de Balès dans le Tour. Kim Kirchen l’avait franchi en tête, le Luxembourgeois étant même déclaré vainqueur de l’étape après coup (en 2008) suite au déclassement de Vinokourov, contrôlé positif

L’image du jour

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous