Accueil Monde Union européenne

Julian Assange devant la justice britannique pour bloquer son extradition aux Etats-Unis

Ce lundi 7 septembre, les auditions en vue de l’extradition du fondateur de Wikileaks vers les Etats-Unis reprendront. Le juge doit vérifier que les accusations sont fondées et qu’Assange aura droit à un procès équitable.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Le palais de justice londonien de l’Old Bailey a été le théâtre des procès hors norme qui ont défrayé la chronique criminelle anglaise depuis le XVIe siècle. C’est dans ce célèbre édifice de granit dominé par son fronton portant des allégories de la Vérité et de la Justice que Julian Assange va tenter d’échapper à une extradition aux Etats-Unis. Inculpé outre-Atlantique d’espionnage et de fraude informatique, le fondateur de WikiLeaks âgé de 49 ans risque jusqu’à 175 ans de prison s’il est reconnu coupable par un tribunal de Virginie.

Le juge de l’Old Bailey ne devra pas se prononcer sur le fond de l’affaire, à savoir la publication en 2010 de documents secrets américains remis à Assange par le lanceur d’alerte Chelsea Manning. L’ex-agent de renseignement militaire avait procuré à l’Australien longiligne des documents fédéraux frappés « top secret » concernant la guerre en Afghanistan et en Irak, ainsi que des télégrammes diplomatiques confidentiels.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Christian Radoux, lundi 7 septembre 2020, 19:18

    Assange, Snowden, les "sanctions extra-territioriales"; ras-le-bol de la dictature amerloques !

  • Posté par Christian Radoux, lundi 7 septembre 2020, 19:19

    Faute de frappe : amerloque. Désolé.

  • Posté par Naeije Robert, lundi 7 septembre 2020, 9:24

    Pourquoi Assange a-t-il fui la justice de 3 pays démocratiques? Un procès nécessairement médiatisé permettrait de le comprendre. La crainte d'une incarcération de 175 ans est peu crédible. Son ex-acolyte et peut être victime Manning n'a été incarcéré(e) que quelques mois, le temps de bénéficier d'une chirurgie de changement de sexe au frais du contribuable américain. Par ailleurs, WikiLeaks a bien sur réjoui tous ceux qui préfèrent les régimes totalitaires ou des entreprises terroristes à la démocratie américaine, mais pourquoi Assange a-t-il aussi tenté d'influencer la campagne électorale américaine en faveur de... Trump?

  • Posté par Christian Radoux, lundi 7 septembre 2020, 19:27

    Ben voyons ! En fait, révéler les crimes de vos idoles amerloques était impardonnable. Et la lâcheté de leurs valets de l'EU le promettait d'emblée à l'extradition au merveilleux pays de la bible et du fusil.

  • Posté par Molitor marc, dimanche 6 septembre 2020, 20:34

    Il y a des erreurs et imprécisions dans l'article de Mr Roche - Julian Assange n'a jamais été inculpé de viol en Suède ( au demeurant, pourquoi reparler de cela, qui n'a plus lieu d'être et n'a rien à voir avec la procédure en cours à Londres ? Enfin, il 'y a jamais eu de "collaboratrices " dans cette histoire). - l'affaire de l'espionnage d'Assange au sein de l'ambassade a éclaté suite à une plainte de Wikileaks, plainte qui a débouché sur l'arrestation du directeur de la société responsable des écoutes, plainte aujourd'hui instruite en Espagne et dont El Païs et certains journalistes ont parlé en détails bien avant que le "Times" en parle. - Il serait utile de rappeler les nombreuses irrégularités de procédure dont J. Assange a été l'objet, et qui ont été mises en évidence avec précision par les rapports du rapporteur spécial de l'ONU Nils Melzer. - rappeler aussi que les USA ont déja fait varier deux fois leur acte d'accusation, probablement conscients de leur faiblesse juridique - expliquer enfin que l'état de santé dégradé de Mr Assange est aussi imputable au traitement exceptionnel qui lui est infligé en prison, lieu où il ne devrait pas se trouver quand on attend simplement un jugement sur une requête d'extradition alors qu'on a commis aucun délit dans le pays de séjour. Le leader catalan Mr Puigdemont est-il incarcéré en Belgique alors qu'il attend l'issue de la requête d'extradition émise par l'Espagne ?

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs