Accueil Belgique Politique

Bart De Wever: «Je ne peux plus appeler ça une démocratie»

L’avènement d’une coalition Vivaldi sera une catastrophe pour la Flandre, a prédit dimanche le président de la N-VA, Bart De Wever.

Temps de lecture: 2 min

Le dirigeant nationaliste a dit son indignation devant sa mise à l’écart du gouvernement en cours de formation. Non seulement son parti mais aussi le Vlaams Belang en seront écartés, soit les deux premiers partis de Flandre, un fait unique au monde selon lui.

«Si ce gouvernement dominé par la gauche et les francophones voit le jour, cela signifie que pendant 12 années sur 16 (soit de 2008 à 2024, la seule exception étant le gouvernement Michel, ndlr), la Flandre aura été dirigée sans majorité flamande. Nous faisons 83% des exportations, nous payons 70% des impôts, nous payons des milliards de transfert et, en guise de remerciement, nous sommes mis en minorité au moment où devons subir une grave crise», a souligné M. De Wever.

A ses yeux, c’est la démocratie même qui est bafouée. «Je ne peux plus appeler ça une démocratie. Les résultats électoraux sont mis sans dessus-dessous, les plus grands partis sont écartés et on sera dominé par des partis pour lesquels on ne peut même pas voter», a-t-il dit.

L’Open VLD et le CD&V critiqués

L’Open Vld est particulièrement visé. Selon le président de la N-VA, les libéraux flamands avaient déjà fait le choix d’une coalition avec les socialistes et les écologistes depuis le mois de décembre. Pourquoi ont-ils attendu si longtemps? «J’ai l’impression que l’on a utilisé tout ce temps pour ramollir la population et la préparer à un gouvernement. Les gens seront soulagés. Enfin, il y a quelque chose et on aura oublié entre-temps que c’est tout à fait contraire aux résultats des élections», a-t-il affirmé.

Le CD&V veut obtenir des avancées sur le plan institutionnel dans l’accord de gouvernement. «Je n’en crois pas un mot», a répondu M. De Wever en ciblant le président du MR, Georges-Louis Bouchez, avec qui il ne serait pas possible de négocier une réforme de l’État: «C’est un Belgicain du 19e siècle, il parle seulement le français, il célèbre le combat francophone dans la périphérie et veut repousser la frontière linguistique», a-t-il accusé.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

58 Commentaires

  • Posté par Delleuze Jean-Marie, lundi 7 septembre 2020, 10:34

    Apprendre au sieur Deckers le calcul élémentaire pour savoir qu'il a tort !!!

  • Posté par Deckers Björn, lundi 7 septembre 2020, 12:39

    Mais n'hésitez surtout pas à exposer votre démonstration chiffrée hein! Prof!

  • Posté par Deckers Björn, lundi 7 septembre 2020, 12:35

    Je ne demande qu'à voir vos calcul prof! Mais selon moi, ce n'est pas une question de chiffre, mais de réalité populaire. Il n'y a pas de majorité séparatiste en Flandre. On ne dépasse pas 20% de séparatistes. Il ne peut pas y avoir de séparatisme. C'est un fantasme. Lors de l'émission Bye Bye Belgium, les flamands étaient au moins aussi étonnés que nous car ce scénario n'est pas crédible deux secondes. Le "Sire, il n'y a pas de belges" date de 1912, et le premier mouvement flamand de l'Histoire du pays date... de 1840, soit 10 ans à peine après la création du pays. Si on avait du se séparer, ce serait fait depuis longtemps. On ira par contre vers le confédéralisme. La coupole commune est une formule à la fois bien plus moderne et qui correspond au surréalisme belge, un pays sans communauté de destin. C'est cela la Belgique, un non pays. Il en est comme ça depuis 1830. Bientôt le bicentenaire. Vive la Non Belgique

  • Posté par VAN AUDENHOVE Patricia, lundi 7 septembre 2020, 10:11

    La cohabitation francophones/flamands n'est plus possible et ce depuis longtemps ... il persiste une animosité de la part des flamands envers les francophones qui s'entretient et se cultive depuis le plus jeune âge. Laissons les prendre leur indépendance puisqu'ils s'estiment les plus forts et les plus à même à gérer leur peuple élu pour une prospérité bien méritée ... Cela coutera bien sur très, très cher à tout le monde, socialement et économiquement, mais ne serait il pas temps de prendre le taureau par les cornes ? Nous n'avons malheureusement plus grand chose à faire ensemble .... Dommage ...

  • Posté par G Jean Luc, dimanche 6 septembre 2020, 23:26

    BTW oublie que ce sont des gaillards comme lui qui ont voté les lois sur ce qui peut se faire ou pas. En fait, DBW n'est pas content de la tournure et n'aura rien à dire actuellement pour changer ça. Ouin ouin doit s'occuper du nettoyage de son petit nombril.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs