Ce qu’il faut retenir de la 9e étape du Tour de France: Pogacar s’impose sur le fil, Roglic endosse le maillot jaune (vidéos)

Ce qu’il faut retenir de la 9e étape du Tour de France: Pogacar s’impose sur le fil, Roglic endosse le maillot jaune (vidéos)
Photo News

La seconde journée pyrénéenne présentait un profil similaire à la première, favorable à une course de mouvement, aux coureurs offensifs capables de franchir le difficile col de Marie Banque et d’ensuite dégringoler vers Laruns sur un tracé assez technique. On l’avait mesuré samedi, les qualités de descendeur importent autant que celles de grimpeur.

En dépit des nombreuses velléités, le peloton ne laissait partir aucune offensive au cours d’une première heure disputée sur un rythme effréné. Ce n’est que dans le Col de la Hourcère qu’un petit groupe parvenait à se dégager, Hirschi relançant pour y aller seul. Le Suisse creusait rapidement l’écart, franchissant le Col de Soudet avec plus de deux minutes d’avance sur sept poursuivants Barguil, Castroviejo, Formolo, Gaudu, Kämna, Martinez et Reichenbach.

Si le peloton reprenait le groupe de contre, Hirschi consolidait son viatique dans la vallée pour aborder le Col d’Ichère avec un bonus de 4.30. À l’approche du juge de paix, le Col de Marie Blanque et ses pourcentages élevés, les Jumbo-Visma imprimaient un tempo élevé pour écrémer le groupe des favoris. Comme la veille, c’est Pogacar qui mettait le feu aux poudres. Au plus fort de la pente, seuls Roglic, Bernal et Landa parvenaient à répondre.

En tête, le coureur Sunweb parvenait à basculer avec une vingtaine de secondes d’avance, réalisant ensuite une descente impeccable. Le quatuor des favoris s’entendait parfaitement afin de creuser l’écart sur leurs concurrents, Bardet, Martin ou Yates. Hirschi se voyait rejoint à une borne et demie de l’arrivée. Lançant le sprint à 300 m de la ligne, le jeune Helvète devait s’incliner devant Pogacar et Roglic

Une victoire de prestige pour le cadet des Slovènes qui regrettera sans doute éternellement le temps perdu sur la route de Lavaur. Tout profit, involontaire certes, pour son compatriote Primoz Roglic qui concrétise le boulot de son équipe et sa condition éclatante en endossant le maillot jaune.

L’homme du jour

Primoz Roglic aurait déjà pu endosser le maillot jaune à Loudenvielle mais semblait ne pas en vouloir. À Laruns, le chef de file de l’armada Jumbo-Visma n’a plus spéculé : il a parachevé le travail des siens en prenant la tête du classement général. La confirmation qu’il est bel et bien favori pour la victoire finale à Paris

L’attaquant du jour

Marc Hirschi est passé bien près d’un exploit en solitaire, battu par les enjeux entre les hommes forts. À 22 ans, le protégé de Fabian Cancellara a réalisé un fameux numéro – 90 km devant – dans les Pyrénées, battu sur le fil à Laruns comme il l’avait déjà été à Nice. S’il n’a pas été récompensé, on reparlera de lui à coup sûr.

Le battu du jour

Adam Yates n’est pas parvenu à atteindre le jour de repos en jaune. Décramponné dans le Col de Marie Blanque, le Britannique a dû céder le maillot qu’il aura donc porté durant quatre jours.

L’anecdote du jour

Le Letton Tom Skujins s’est présenté au départ de Pau la vareuse Trek sur le dos alors qu’il portait encore la veille le maillot de Champion de Lettonie. Un changement surprenant, en pleine épreuve, dû au Championnat de Lettonie qui se disputait ce dimanche.

Le chiffre du jour

1. Primoz Roglic est le premier Slovène à enfiler le maillot jaune, tout comme il était devenu le premier Slovène vainqueur d’un grand Tour, au terme de la Vuelta en automne denier.

L’image du jour

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous