Accueil Économie Entreprises

En Malaisie, des ouvriers exploités pour fabriquer les gants utilisés dans nos hôpitaux

La demande pour les gants en latex a explosé suite à la pandémie de Covid-19. Mais les travailleurs migrants qui les produisent en Malaisie subissent des conditions proches du travail forcé.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Lorsque les recruteurs sont arrivés dans le village de Daarul*, dans un coin reculé du Népal, à la recherche de jeunes hommes prêts à s’expatrier en Malaisie, le paysan de 32 ans n’a pas hésité une seconde. « On m’a dit que je travaillerais dans un supermarché et que je toucherais un bon salaire », se remémore-t-il. Il leur verse 120.000 roupies népalaises (843 euros) pour couvrir ses frais de recrutement.

Mais une fois arrivé à Kuala Lumpur, il découvre une autre réalité. « J’ai appris que je travaillerais dans une usine de gants en latex, relate-t-il. La paye était moins bonne que promise et les conditions de travail plus dures. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Bassem Philippe, dimanche 6 septembre 2020, 23:09

    une honte alors que des firmes pharmaceutiques en fabriquent en Belgique.

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs