Accueil Opinions Chroniques

La gauche réac: c’est nouveau, ça vient de sortir!

L’ultra gauche française adopte désormais une rhétorique dont l’extrême droite avait le monopole auparavant.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 8 min

Une petite foule se rassemble devant l’Hôtel de Ville de Paris, municipalité écolo-communisto-socialiste que des pancartes brandies par les manifestants dénoncent comme un « pédoland ». Imaginons le fameux Persan de Montesquieu assistant à cette démonstration : il ne douterait pas un instant qu’il s’agit d’une initiative de l’extrême droite. Et même de l’aile dure de l’extrême droite, car Marine Le Pen, elle, n’aurait pas osé : les médias progressistes la cloueraient au pilori et la renverraient aux campagnes pétainistes dirigées contre le « pédophile » André Gide, le « démoralisateur de notre jeunesse ».

Or, pas du tout. C’est l’extrême gauche féministo-écologiste qui manifestait.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par PRAGER Harold, lundi 14 septembre 2020, 16:10

    Sur l'unique question du pouvoir et des moyens de le conquérir, gauche et droite, radicales ou non, bien pensante ou non, se rejoignent tellement dans la forme de leurs propositions et la nature des enjeux personnels qui les travaillent au ventre que ces dérives et amalgames fort bien analysés ici n'ont rien d'étonnant. Le plus étonnant serait... qu'on en soit étonnés. Issus de cette même culture classique qui n'a jamais quitté le piédestal des institutions de référence depuis la domination romaine, droites et gauches, ne sont à peu près que les deux faces d'une même médaille, qui certes s'opposent encore et toujours sur les mêmes questions articulées autour du thème de la dominance et du respect, mais sont structurellement et culturellement incapables de se refonder en dehors des modèles établis. En fait j'attends avec impatience le jour où face aux crises (économiques, sociales, écologiques, culturelles) la question des responsabilités du politique sera telle que plus personne n'osera se présenter aux élections... En fin de compte, ceux qui tireront leur épingle du jeu ce sont les citoyens qui auront osé s'organiser hors du champ politique pour reconquérir librement les espaces de vie dans lesquels les rapports à l'autre et à la nature pourraient avoir encore quelques chances de redevenir humbles, authentiques et solidaires.

  • Posté par Léotard Marc, mardi 8 septembre 2020, 14:56

    Ce n'est pas la gauche ni l'extrême-gauche. C'est le gauchisme écolo-communautariste inspire du Politically Correct des Liberals américains. Or, Lénine le disait déjà, le gauchisme est une maladie infantile du communisme : prérationnel, idéaliste, excessif, dangereux. — Ceci dit, on aimerait que M. Kahn ait la même lucidité en observant son camp libéral (conservateurs ou macroniens). Les anathèmes et volontés de faire taire ne sont pas moins nombreuses ! Sauf que là on parle de "populistes", de "complotistes" ou de "terroristes" pour se permettre de censurer la libre expression...

  • Posté par Naeije Robert, mardi 8 septembre 2020, 11:22

    Très bonne analyse, mais qui sous-estime à mon avis l'influence de la "cancel culture" militante de la gauche urbaine/universitaire américaine.

  • Posté par Weissenberg André, mardi 8 septembre 2020, 9:48

    Chassez le naturel il revient ... à vélo! Ou quand la gauche enlève sa tenue camouflée - camouflage "démocrate" - pour apparaître telle qu'elle a toujours été. Ah, ça puine la "vraie gauche" des terreurs stalinienne ou maoïste, le sang et la merde des siloviki, des déportés et des exécutés sans autre forme de procès, plus que la sueur des travailleurs ... Ah, le bon temps où l'on se faisait concurrence (!) à coups de millions de morts pour déterminer quelle était l'orientation la plus pure du système sur le plan idéologique ... plus que la lutte des classes. Ah, le bon temps des "républiques démocratiques" de ceci ou de cela, période où nul n'était dupe de la véritable nature de la gauche. Mais aucun "fourvoiement" à discerner là-dedans - sauf peut-être celui des honnêtes citoyens qui, de bonne foi, ont cru les promesses de Moscou et se sont engagés "à gauche" sans se rendre compte qu'ils étaient du mauvais côté de l'Histoire. C'était pourtant censé être "l'élite intellectuelle" de la société ... Tout cela s'est fait en âme et conscience, la fin justifiant les moyens: "c'est pour la bonne cause, m'sieurs-dames, c'est pour le socialisme!". On vous le disait, chassez le naturel ...

  • Posté par Deckers Björn, mardi 8 septembre 2020, 8:01

    Très, très bon commentaire de JFK. Tout ceci me rappelle le moment où la gauche s'est ouvertement fourvoyée en ayant parfaitement conscience de bifurquer de sa trajectoire d'origine mais probablement sans mesurer jusqu'où ça l’entraînerait. Cette nouvelle "religion" des communautarismes. En France était alors la fondation Terra Nova, proche du PS. Ceux-ci décrétaient que tout compte fait, il n'y avait rien à faire au sujet de l'économie de marché, qu'il fallait s'y adapter bon gré mal gré, et qu'il convenait en fin de compte pour le PS de trouver une nouvelle orientation électorale potentiellement victorieuse. Ainsi fut choisi l'addition des communautarismes, les indigénistes, les islamistes, les féministes, les végétariens, les homosexuels militants, et pour continuer cette liste coluchienne, tous les abonnés du gaz. Foin d'idéologie, le marché les a vendu aux puces. Place à l'ultralibéralisme pour tous mâtiné comme aux USA d'un vrai-faux clivage entre hétérosexuels blancs catholique (dites "Républicains") et la liste probablement incomplète ci-dessus (Dites "Démocrates" mais vite pour ne pas pouffer de rire). On infantilise la populace et on se fout de sa poire. En fin de compte est une justice tout de même car cette fausse gauche est occupée à finir dans l’anthropophage. Car les idiots de Terra Nova avaient oublié un détail. Les indigénistes n'aime pas les gouines, les féministes n'aime pas les islamistes, les islatimistes n'aiment pas les homosexuels et les végériens n'aiment pas les abonnés du gaz.

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs