Bruxelles autorise les lieux culturels à retrouver un taux d’occupation entre 50 et 70%

Le bourgmestre Philippe Close et l’échevine ont entamé une série de rencontres avec les grands acteurs culturels situés sur le territoire de la Ville, qui sont restreints par limitation de public en salle visée à l’article 8 de l’arrêté ministériel du 22 août. Ils ont envisagé avec eux la possibilité d’octroyer des dérogations conformément au protocole de base pour le secteur culturel mis à jour le 26 août par la ministre de la Culture Bénédicte Linard pour la partie francophone et par la commission communautaire flamande.

Préventions

Les représentants de chacun des lieux ont remis un dossier tenant compte du port du masque obligatoire et de la distanciation d’un siège entre les spectateurs. D’autres mesures de prévention sont également mises en place, parmi lesquelles les réservations, la collecte des coordonnées, la création de sens de circulation…

« La décision qu’a prise le CNS le 22 août donne une nouvelle perspective au secteur », estime le bourgmestre. « Un taux d’occupation entre 50 et 70 % est déjà un pas dans le bon sens, mais nous continuerons à travailler pour augmenter cette capacité à 100 % le plus rapidement possible ». Les institutions de la Ville doivent préparer un plan de retour à une jauge complète de 100 % d’ici fin novembre, afin que celui-ci puisse être appliqué si la situation sanitaire le permet.

« Plus un siège vide »

« Je ne veux plus un siège vide d’ici à la fin de l’année », déclare Delphine Houba. « Parce que les gens ont soif de culture, et parce qu’on veut les rassurer sur la situation : il est possible de vivre, d’aller à des spectacles, de profiter d’événements culturels, avec le virus ».

Sur Twitter, Philippe Close s’est exprimé : « Le secteur culturel a besoin de perspective. (…) Les Bruxellois ont besoin de la culture et il est possible de vivre avec le virus tout en profitant des activités culturelles. »

La Ville de Bruxelles s’est adjoint l’expertise de Nathan Clumeck, professeur émérite en maladies infectieuses à l’ULB (Université libre de Bruxelles) et au CHU Saint-Pierre, qui pourra accompagner les acteurs de terrain dans leurs démarches.

Une première dérogation a été signée jeudi par la Ville pour l’ULB, qui offre une scène du 6 septembre au 12 octobre dans l’auditoire Henri La Fontaine pour le dernier spectacle de l’humoriste Guillermo Guiz, dont la tournée initiée au théâtre de la Toison d’Or avait été interrompue par la crise sanitaire. Le théâtre national doit avoir sa dérogation signée en ce début de semaine.

Sur le même sujet
Politique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous