AB InBev: la grève se poursuit sur le site liégeois

Dimanche, la direction avait envoyé sur place une société externe, avec un huissier, afin de déplacer les remorques qui bloquaient les entrées. La même démarche a été entreprise ce lundi. "Il y avait beaucoup de monde à l'extérieur de la brasserie, notamment d'autres délégués venus nous soutenir et des représentants politiques. Je pense que cela les a fait reculer. Les remorques sont toujours en place, en tout cas, ainsi que le piquet malgré les nombreux SMS d'intimidation et de pression envoyés aux travailleurs", souligne José Borego.

Le mouvement a débuté jeudi en fin de journée alors que l'on dénombrait neuf cas de coronavirus au sein du département logistique. A ce jour, le nombre de cas positifs est de dix, dont un homme d'une cinquantaine d'années dans un état grave. "Pour une deuxième personne, nous avons appris que sa santé se dégrade", déplore le délégué.

La FGTB, à l'initiative du mouvement, estime que l'entreprise a tardé à réagir lorsque les premiers cas ont été détectés. La grève est donc annoncée au finish tant que les revendications ne sont pas rencontrées, à savoir réaliser un tracing et écarter les personnes ayant été en contact avec les collègues détectés positifs ainsi que le départ de la directrice des ressources humaines et du conseiller en prévention en raison d'une rupture de confiance.

Jeudi dernier, la centaine de personnes du département logistique a été testée. "Nous n'avons pas encore connaissance des résultats des tests. La direction dit qu'il n'y a pas de cas positif mais que tous les résultats ne sont pas encore connus et qu'une partie doit encore arriver demain. Les résultats déjà disponibles sont censés être distribués ce jour sous enveloppe", ajoute José Borego, précisant n'avoir aucun retour de la direction quant aux revendications.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous