France: N’Golo Kanté, le chasseur de mauvaises passes

AFP
AFP

Le joueur de 29 ans a dû laisser filer sept matches internationaux entre les réceptions de l’Islande en mars 2019 et de la Moldavie en novembre 2019, car « il a été embêté avec énormément de blessures », a rappelé samedi Didier Deschamps.

L’année 2020 n’a commencé que début septembre pour le foot de sélection, pandémie de Covid-19 oblige, mais le sélectionneur a retrouvé samedi son milieu relayeur au top niveau à Solna, « impressionnant en termes de volume, d’agressivité ».

« Même sans être à 100 %, il est au-dessus de la norme », s’est émerveillé le technicien basque, vantant « son activité à la récupération mais aussi dans la transition », avec une projection remarquable vers l’avant.

Infatigable gratteur de ballons, « NG » en a récupéré 13 contre les Suédois, devenant le premier joueur à gagner au moins 10 ballons lors de 5 matches consécutifs avec les Bleus (69 au total), selon les statistiques relevées par Opta depuis 2006.

Sa régularité et son impact ont pu manquer l’année dernière aux champions du monde, très souvent orphelins de leur milieu de poche.

Son genou droit l’a d’abord privé des déplacements en Turquie et en Andorre en juin 2019, avant qu’une cheville blessée ne le contraigne à zapper le rassemblement de septembre. Et quand il est enfin revenu dans le onze de départ, mi-octobre en Islande, il a dû jeter l’éponge in extremis après avoir ressenti une gêne à une cuisse durant l’échauffement.

Pour ne rien arranger à cette saison, Kanté a aussi dû gérer des soucis judiciaires, déposant en novembre une plainte pour « escroquerie », « tentative d’escroquerie », « abus de confiance » et « exercice illégal de la profession d’agent sportif » à l’encontre d’un ancien conseiller…

Inquiet face au Covid

L’année 2020 n’a pas non plus démarré sous les meilleurs auspices, entre sa nouvelle blessure musculaire en février puis ses craintes d’une contamination au nouveau coronavirus. Avec l’accord de Chelsea, Kanté a été dispensé d’entraînement collectif pendant trois semaines avant le « restart » de la saison en Angleterre.

Désigné capitaine des « Blues » en huitième de finale retour de Ligue des champions début août contre le Bayern, en l’absence de l’habituel titulaire du brassard, l’Espagnol César Azpilicueta, le Français semble avoir plus que digéré ces longs mois pénibles.

En Suède, Deschamps était tout heureux de voir l’ancien Caennais assimiler le nouveau système à trois défenseurs centraux et deux milieux récupérateurs, dans lequel il était associé au revenant Adrien Rabiot.

« Les deux ont bien fonctionné, ce n’est pas facile pour eux dans ce système-là car ils sont obligés de compenser. Je trouve que ce duo-là a plutôt bien fonctionné », a souligné le sélectionneur.

Olivier Giroud a aussi apprécié la paire : « Ils ont été un peu au four et au moulin dans ce dispositif où les deux milieux doivent beaucoup courir, avoir un gros volume, combler les brèches, coulisser ».

Sera-t-elle reconduite mardi à Saint-Denis contre la Croatie ? Il est permis d’en douter dans la mesure où Deschamps a promis d’effectuer une large rotation, soucieux d’éviter tout risque de blessure pour les joueurs qui, comme Kanté, ont disputé l’intégralité du match à Solna.

« Déjà, faire 90 minutes avec un déficit (athlétique) au départ, c’est prendre des risques pour des joueurs », a souligné le sélectionneur qui anticipe un large turn-over : « Ça va à l’encontre de la cohésion et des automatismes, mais je pense que je n’ai pas le choix ».

Même si Kanté a encore les jambes pour galoper, son coach pourrait donc le brider. Ce serait sûrement bien pour son corps, mais pas pour le spectacle.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous