Un vélo en aluminium recyclé pour rouler… et conscientiser

En proposant cette année encore un vélo recyclé entièrement en capsules de café, la marque suédoise Vélosophy poursuit son idée que les bons gestes peuvent sauver le monde.

L’aluminium est une matière recyclable à l’infini qui, une fois transformée, peut devenir un vélo, un couteau, un stylo ou un objet usuel comme un éplucheur à légumes. Parmi ces objets du quotidien, le vélo imaginé par la marque suédoise Vélosophy est un choix dans l’air du temps, car le deux-roues est entré dans l’ADN des consommateurs qui aspirent à un meilleur mode de vie et une mobilité plus douce. Sans compter qu’il a aussi pris une importance toute particulière dans le contexte actuel : il séduit aujourd’hui un public bien plus large que les sportifs accros à la petite reine et s’impose de plus en plus en ville.

La rencontre de deux idéaux

C’est partant du constat que nos bons gestes peuvent changer le monde qu’est né le projet Nespresso X Vélosophy, un concept qui marie durabilité et design. Le résultat de cette rencontre ? Un vélo urbain, haut de gamme, au design unique, dont le cadre a été réalisé entièrement en aluminium issu de capsules Nespresso recyclées. En plus d’illustrer ce que peut donner l’économie circulaire, ce vélo présente des détails de luxe : une selle et des poignées en cuir, un panier en chêne cintré à la vapeur, et même deux porte-gobelets, aux dimensions exactes de votre mug de café.

 

Pourquoi recycler les capsules de café ?

 

Pour prendre soin de la planète ! Œuvrer pour un monde meilleur et un futur plus radieux, voilà les objectifs communs que se sont trouvés Nespresso et Vélosophy. Alors que Nespresso s’engage depuis le début à booster le recyclage de ses capsules et ambitionne d’atteindre d’ici à 2021 un taux de 80% d’aluminium recyclé dans la fabrication de toutes ses capsules de café, la marque suédoise s’engage elle, pour chaque vélo vendu, à faire don d’un autre vélo à une écolière en Afrique par le biais de l’organisation World Bicycle Relief.

Quand on sait que la fréquentation scolaire des jeunes filles qui possèdent un vélo augmente de 28 % et leurs chances d’obtenir un diplôme de 59 %, on comprend que la marque ne crée pas seulement un produit, elle veut aussi être l’acteur d’une nouvelle manière de consommer solidaire.

La Une Le fil info Partager
Sommaire