Tirreno-Adriatico: Pascal Ackermann remporte la première étape, Tim Merlier chute avant le sprint

@News
@News

Pascal Ackermann (Bora-hansgrohe) a remporté la première étape de Tirreno-Adriatico autour de Lido di Camaiore. L’Allemand, qui s’empare également du maillot bleu de leader, a devancé le Colombien Fernando Gaviria (UAE-Team Emirates) et le Danois Marcus Cort.

Dès les premiers kilomètres, une échappée de quatre coureurs tentait sa chance avec Simon Pellaud (Androni Giocattoli-Sidermec), Daniel Savini (Bardiani-CSF), Nathan Haas (Cofidis) et Paul Martens. Ils étaient ensuite rejoints par Julien Simon (Total Direct Energie) et Veljko Stojnic (Vini Zabu-KTM). Un groupe dont Simon Pellaud et Paul Martens se détachaient avant d’être repris à 15 kilomètres de l’arrivée.

Le peloton se regroupait alors pour le sprint et était frappé par une chute à 1,5 kilomètre de l’arrivée dans laquelle Tim Merlier a été impliqué. Pascal Ackermann s’imposait finalement au sprint devant Gaviria et Cort pour décrocher sa cinquième victoire de la saison.

Côté belge, Jonas Rickaert (Alpecin-Fenix) se classe septième et premier Belge. Piet Allegaert (Cofidis) termine également dans le top 10 avec une 9e place. Bert Van Lerberghe (Deceuninck-Quick Step) se classe 16e.

Mardi, la deuxième étape mènera le peloton de Camaiore à Follonica sur une distance de 201 kilomètres.

Merlier ne souffre que d’éraflures

À 1,5 kilomètres de l’arrivée de la première étape du Tirreno-Adriatico, Tim Merlier (Alpecin-Fenix) a donc chuté après une collision avec un coureur de Deceuninck-Quick Step. Le champion de Belgique a également entraîné l’Italien Alberto Dainese dans sa chute. Après un premier examen médical, Merlier ne souffre que d’éraflures sur tout le corps.

« Nous avions misé sur Tim Merlier car cette première étape allait probablement se jouer au sprint, ce qui a été le cas. Mathieu van der Poel a tiré Tim Merlier dans sa roue dans le final mais ce dernier est entré en collision avec un autre coureur », a précisé Thomas Sneyers, le porte-parole d’Alpecin-Fenix.

« Il y aura encore des possibilités pour les sprinteurs dans ce Tirreno-Adriatico. Tout dépend de comment Tim Merlier se sent demain », a conclu Thomas Sneyers.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous