Accueil Société

Une déjà longue histoire de démissions

La démission ministérielle fait partie du paysage politique belge. Des ministres ont souvent été mis sous pression, d’autres ont parfois refusé de faire un pas de côté, d’autres ont assumé leurs responsabilités.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Hormis les démissions pour désaccord politique ou suite à un nouveau plan de carrière, la vie politique belge a été émaillée de quelques retentissantes démissions pour « faute » « affaire » ou « prise de responsabilité » après des erreurs administratives ou autre.

1985 Suite au drame du Heysel et aux fautes commises par les services de gendarmerie, le ministre de l’Intérieur de l’époque, Charles-Ferdinand Nothomb (PSC, actuel CDH) refuse mordicus de démissionner. C’est le ministre de la Justice Jean Gol (PRL, actuel MR) qui le fera, outré de l’attitude de son collègue et des officiers.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs