Accueil Belgique Politique

La question du port des signes religieux divise à nouveau Bruxelles

A Molenbeek, la majorité est sous tension après le vote d’une motion autorisant potentiellement le port des signes dans l’administration. Ecolo est fracturé. Le débat pourrait s’élargir à la Région.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Politique Temps de lecture: 4 min

Tout a commencé en juillet. Plusieurs partis du conseil communal de Molenbeek, aiguillonnés par le PTB, ont déposé un projet de motion ouvrant la possibilité d’autoriser le port des signes religieux dans les services de l’administration communale. Cette motion a fait suite à un arrêt de la Cour constitutionnelle qui a validé la possibilité pour une haute école de la Région bruxelloise d’interdire le port des signes religieux par des étudiants.

La bourgmestre, Catherine Moureaux (PS), a obtenu le report de la motion à la rentrée, et déposé elle-même un texte « pour amortir le choc », nous dit un observateur.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

29 Commentaires

  • Posté par jose niesten, mercredi 9 septembre 2020, 23:18

    Le clientélisme quand tu nous tiens!!!

  • Posté par PETIT Robert, mercredi 9 septembre 2020, 21:31

    Adeptes de la Charia et de la prédominance de votre religion sur les lois européennes, vous avez suffisamment de pays dans le monde susceptibles de vous accueillir pour que vous puissiez y vivre en plein accord avec vos conceptions du monde, de la femme, etc, etc... Nous vous suggérons donc de rejoindre ces pays plus en accointance avec vos convictions. Quant à nous, nous veillerons chez nous à une stricte neutralité des services publics dans nos pays ! Il ne me viendrait jamais à l'esprit d'aller m'installer dans l'un de vos pays et de vouloir y imposer mon mode de vie ! Mais il est vrai que ma religion ou mon absence de religion n'est pas conquérante mais fondamentalement démocratique !

  • Posté par Rossignol Thierry, mercredi 9 septembre 2020, 20:54

    On veut favoriser l'intégration mais on accepterait que la religion prime sur la neutralité des services publiques. Avec ce genre de concession, comment espère-t-on alors faire comprendre que les lois sont au-dessus des religions en Belgique.

  • Posté par Verkaeren Paul, mercredi 9 septembre 2020, 20:42

    "La motion prévoit que des experts soient entendus d’ici à la fin de l’année, pour définir plus précisément ce concept de neutralité inclusive, et définir ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas". Les journalistes du Soir ont fumé la moquette ! Depuis quand, dans un état de droit, est-ce un expert qui défini ca qui est autorisé ou pas ? on hallucine, là ! Vous voulez bien revenir à un journalisme professionnel ?

  • Posté par jourdain Claude, mercredi 9 septembre 2020, 19:47

    Je me demande vraiment pourquoi cette question est particulièrement évoquée au conseil communal de Molenbeek et pas/moins à celui de Gouvy ou d'Erembodegem ? Serait-ce vraiment un sujet tellement important dans cette riante et paisible commune ?

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs