Roberto Martinez après la victoire des Diables rouges contre l’Islande: «Le début de rencontre était inattendu»

Photo News
Photo News

«  Le début de rencontre était inattendu mais l’Islande méritait de mener au score. Elle a mieux entamé la rencontre que nous. Ses joueurs ont pris de la confiance et c’était compliqué pour nous. Après ce moment délicat, on a réussi à trouver le moyen pour leur faire mal. En seconde période, on a augmenté le rythme et on a trouvé plus de solutions. Mais le score ne reflète pas la difficulté de la rencontre. Jérémy Doku n’a que 18 ans et il faut protéger les jeunes joueurs. Le plan n’était pas qu’il commence la rencontre mais qu’on l’intègre au groupe. Il a été incroyable durant la semaine. Il écoute beaucoup ce qu’on lui dit et il apprend. Il m’a surpris. Et si vous donnez la chance de jouer à un jeune, il ne faut pas le retirer à la pause. Il a eu un peu de mal à comprendre comment jouer avec Thorgan Hazard, mais lors de la deuxième période, il a été impressionnant. Je suis également très satisfait de la prestation de Batshuayi. Il est capable de mettre des buts mais peut également jouer dos au but et aider l’équipe. J’ai aimé son envie de venir en équipe nationale. On a un superbe futur pour la place de nº9 avec Romelu mais aussi Dimata qui a encore de très belles années devant lui ».

Et Casteels ? « Il est toujours couché dans le vestiaire et on s’occupe de lui. Il a eu la lèvre ouverte et ne pouvait pas continuer. Il est vraiment malchanceux chez les Diables avec les présences de Courtois et Mignolet devant lui. Il a déjà été meilleur gardien de Bundesliga. C’était une bonne occasion pour lui de jouer après la très bonne prestation de Mignolet au Danemark. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • PHOTONEWS_10886399-076

    Par Didier Schyns

    Standard

    Standard: Zinho Vanheusden est monté d’un cran

  • Reuters

    Par Jonas Bernard

    Football international

    Supercoupe d’Europe: Budapest, le grand laboratoire

  • En 2015 face à Zorya Luhansk, Steeven Willems et Benjamin Boulenger découvraient Ruslan Malinovskyi, qui leur avait fait très mal.

    Par Philippe Dewitte et Maxime Stévenne (avec A.D.)

    Charleroi

    Le Sporting de Charleroi et l’Europe: des histoires à dormir debout

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous