Caleb Ewan après son 2e succès au Tour de France: «J’ai jeté mon vélo car je voyais que ce serait serré» (vidéo)

Caleb Ewan est une nouvelle fois à la fête sur les routes du Tour de France. Le sprinteur australien de l’équipe belge Lotto Soudal s’est imposé à Poitiers à l’issue de la 11e étape. « C’était très nerveux et très serré, surtout dans les 3 derniers kilomètres. Avec ce vent de face, je ne voulais pas sortir et attaquer trop tôt », a analysé l’Australien après l’arrivée.

Déjà vainqueur à Sisteron lors de la 3e étape, il a su placer son accélération au bon moment. « Je me suis replacé en retrait et j’ai attendu le bon moment pour trouver la bonne ouverture et faire la différence et ça a marché », a-t-il ajouté.

Le sprinteur de poche, 1m65, a émergé d’un sprint entre spécialistes. Il a devancé Peter Sagan, déclassé pour une manœuvre dangereuse sur Wout van Aert, et Sam Bennett, vainqueur la veille sur l’Île de Ré. « J’étais assez déçu par mon sprint d’hier (mardi, ndlr) alors je voulais récompenser mes coéquipiers pour tout le travail qu’ils font pour moi. Parfois on sent tout de suite quand on a gagné. J’ai vraiment jeté mon vélo parce que je voyais que ce serait serré, jusqu’à ce que je connaisse le résultat de la photo-finish. »

Pour tenter d’ajouter un 3e succès d’étape, comme lors du Tour 2019, Ewan devra passer les Alpes. En effet, les sprinteurs n’auront, a priori, plus aucune occasion de s’illustrer avant le sprint sur les Champs-Elysées.

« Après la première étape, on en veut forcément une deuxième et ensuite, je vise le sprint de Paris. Pour cela il faut que j’arrive à passer les montagnes. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous