Grèce: nouvel incendie dans le plus grand camp de migrants sur l’île de Lesbos

Un nouvel incendie s’est déclaré mercredi soir à Moria, le plus grand camp de migrants en Grèce situé sur l’île de Lesbos, 24 heures après l’énorme feu qui a ravagé une grande partie de ce centre, selon un photographe de l’AFP.

L’incendie a éclaté dans une partie du camp qui n’avait pas été trop touchée mardi soir.

Des scènes de chaos se sont reproduites : des familles de migrants paniquées fuyaient le camp tandis que les flammes brûlaient leurs tentes. « Moria finished » (« Moria c’est fini » ndrl), criaient des migrants qui se dirigeaient vers la route reliant le village de Moria à Mytilène, port et chef-lieu de cette île.

Dans la nuit de mardi à mercredi un énorme feu avait ravagé le camp, qui abritait environ 12.700 personnes dont 4.000 enfants.

L’île de Lesbos, d’une population de 85.000 personnes, a été déclarée en état d’urgence mercredi matin.

Selon les autorités grecques, au moins 3.500 migrants et réfugiés sont désormais sans abri et des mesures d’urgence ont été prises pour leur hébergement. Athènes a également annoncé que deux navires de transport de la marine prendraient en charge des migrants jeudi, tandis qu’une compagnie maritime grecque a également offert un navire.

L’incendie a contraint Médecins sans frontières (MSF) à interrompre tous les services médicaux pour la population réfugiée, y compris la clinique pédiatrique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Ce lundi, à une soixantaine de kilomètres au sud de Mingatchevir, une usine de coton a été détruite par des bombardements arméniens.

    Par Emmanuel Grynszpan

    Europe

    Caucase: Mingatchevir, cible ultime de la guerre du Karabakh

  • Le «
tourisme Beatles
» est une bouffée d’oxygène pour Liverpool. Enfin, était...

    Par Marc Roche

    Europe

    A Liverpool, l’industrie des Beatles broie du noir

  • «
Nous sommes des femmes qui attendons le retour ou la mort de nos hommes.
»
: Sida Gazaryan devant la tombe de son mari Ararat au cimetière de Stepanakert. © Reuters

    Par MAGDALENA CHODOWNIK

    Europe

    Le conflit sans fin du Haut-Karabakh

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous