Accueil Léna

Coronavirus: désertée, la City de Londres est à l’agonie

La plupart des métropoles européennes sont retournées à la normalité. Mais pas la capitale britannique. L’été est terminé, l’école a recommencé, mais le centre-ville reste désespérément vide. Une situation qui pourrait lui être fatale.

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Pour The Moniker, un pub-restaurant situé au pied du Lloyd’s Building, c’est la reprise après plus de cinq mois de fermeture. Karina Adzingazova arpente fébrilement la pièce, les terminaux de paiement ne fonctionnent pas et le personnel tente de se familiariser avec la nouvelle disposition des lieux. « Nous étions fermés depuis fin mars », explique la responsable. « Nous commençons par rouvrir cet établissement cette semaine et en rouvrirons peut-être deux autres la semaine prochaine. » Elle a déjà dû licencier cinq de ses 18 collaborateurs. Avant la crise, son restaurant réalisait plus de 30.000 euros de chiffre d’affaires par semaine. En ce mercredi de septembre, seules trois des plusieurs douzaines de tables disponibles sont occupées. Pourtant, The Moniker est un des rares restaurants à avoir rouvert ses portes au cœur de la machine à sous de Londres, le quartier de la City.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Poullet Albert, vendredi 11 septembre 2020, 9:35

    Quand on vote pour un irresponsable fanatique comme Boris Johnson, on en paie les conséquence après ... ce qui devrait, aussi, nous faire réfléchir en Belgique ...Le Nationnalisme, le Trumpisme, le Poutinisme emploie le pouvoir seulement pour assouvir leur propre ambition et nuisance, la gestion de la cité et du peuple est secondaire et ne les intéresse que dans ce esprit là !

  • Posté par Morgenthal Jean-Claude, jeudi 10 septembre 2020, 17:53

    Vanité, vanité et toute la vanité.

  • Posté par DE GRAEVE LILIANE, jeudi 10 septembre 2020, 16:35

    Ce n'est pas forcément une mauvaise nouvelle quand on sait ce qui s'y fait.

  • Posté par Andre Georges-marc, jeudi 10 septembre 2020, 9:29

    Il faut craindre que, pire que le COVID-19, le Brexit ne sonne le glas de l'économie britannique et de la City.

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs