Liverpool, Manchester City, Manchester United, Chelsea: vers une course au titre élargie en Premier League?

Photo News
Photo News

1 Liverpool : le choix risqué de la stabilité

Si un club ne s’est pas lancé dans une débauche de dépenses, c’est bien Liverpool. Vainqueur de la Ligue des champions en 2019, champion d’Angleterre pour la première fois en 30 ans la saison dernière, les Reds ont pourtant des caisses bien garnies.

Mais ces succès se sont construits grâce à une tempérance sur le marché des transferts, sauf pour corriger des carences flagrantes, comme l’arrivée de Virgil van Dijk en janvier 2018 pour 84 millions d’euros, afin de colmater une défense poreuse.

Il est difficile de trouver de réels points faibles au groupe de Jürgen Klopp et l’arrivée du défenseur international grec Kostas Tsimikas pour doubler le poste d’Andy Robertson, est plus un ajustement cosmétique qu’un véritable renfort.

Malgré des intérêts manifestés pour Timo Werner, finalement jugé trop cher et pas vital, puis Thiago Alcantara, mais pas à n’importe quel prix, les Reds pourraient très bien ne pas bouger, sauf départ, par exemple de Georginio Wijnaldum, qui intéresserait le Barça.

Liverpool a eu une fin de saison plus légère que ses rivaux, tous encore engagés en août en coupe d’Europe, ce qui pourrait s’avérer précieux dans une saison très dense.

2 Manchester City : réaction d’orgueil attendue !

Après une saison 2019/2020 très frustrante, à jouer les faire-valoir derrière Liverpool en championnat et scellée par une nouvelle désillusion européenne face à un Lyon en C1, Pep Guardiola et City doivent impérativement rebondir.

L’épilogue du vrai-faux départ de Messi de Barcelone a probablement été un crève-coeur pour les supporters bleu ciel, mais peut-être la meilleure nouvelle au final pour City dont le problème n’a jamais été le manque de puissance offensive ou de talent.

Avec 17 buts de plus inscrits, les Citizens ont fini 18 points derrière des Reds moins flamboyants mais intraitables.

L’arrivée du défenseur néerlandais Nathan Ake correspond plus aux réels besoins mancuniens même si un autre défenseur-vedette – qui pourrait être Kalidou Koulibaly de Naples – devrait poser ses valises à l’Etihad d’ici au 5 octobre, clôture du marché.

L’arrivée de l’ailier Ferran Torres de Valence compense le départ de Leroy Sané, qui n’avait de toute façon pas joué l’an dernier pour cause de blessure, et City a, avec Phil Foden, 20 ans, un remplaçant tout trouvé pour compenser la fin de contrat de David Silva.

Mais alors qu’il entre dans sa dernière année de contrat, la saison qui vient a tout d’un quitte ou double pour Guardiola.

3 Manchester United : confirmer l’embellie

Auteur d’une très belle seconde moitié de saison, de part et d’autre de l’interruption liée au Covid-19, Manchester United doit consolider ses progrès.

L’arrivée de Bruno Fernandes en janvier a transfiguré des Red Devils devenus presque irrésistibles derrière leur trio offensif Marcus Rashford, Anthony Martial et Mason Greenwood.

Le retour de blessure de Paul Pogba et son entente instantanée avec Fernandes offrent des perspectives très intéressantes aux hommes d’Ole Gunnar Solskjaer.

La signature de Donny van de Beek donne plus de profondeur à un effectif qui a terminé la saison sur les rotules.

United rêve toujours de l’attaquant Jadon Sancho malgré un prix prohibitif – plus de 100 M EUR – exigé par le Borussia Dortmund, mais il ferait bien de se pencher aussi sur son arrière-garde qui n’offre pas toutes les garanties, surtout dans l’axe.

4 Chelsea : pression maximale sur Lampard

Avec plus de 200 millions d’euros dépensés cet été, sans compter le salaire de Thiago Silva, arrivé libre, Chelsea a fait exploser les compteurs du mercato européen avec Hakim Ziyech, Timo Werner, Ben Chilwell et Kaï Havertz.

Un chiffre qui pourrait encore évoluer du côté des cages où Kepa ne fait pas l’unanimité.

Dans un contexte économique très difficile, ces investissements exigeront des résultats rapides et Frank Lampard, qui s’est tiré avec les honneurs de sa première saison sur un banc de Premier League, devra franchir encore un palier.

Malgré un recrutement très offensif, c’est surtout dans l’équilibre défensif de son équipe que se jouera le succès ou l’échec du pari un peu fou des Blues.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous