Négociations fédérales: la N-VA veut un vote sur la confiance au gouvernement de Wilmès le 17 septembre

Négociations fédérales: la N-VA veut un vote sur la confiance au gouvernement de Wilmès le 17 septembre
Le Soir

La N-VA souhaite que la Première ministre Sophie Wilmès (MR) s’en tienne à ses engagements et demande à nouveau la confiance de la Chambre la semaine prochaine, comme elle l’a annoncé il y a six mois. Pour l’instant, le point n’est pas inscrit au projet d’ordre du jour mais s’il n’y figure pas, les nationalistes flamands assurent qu’ils demanderont qu’il soit discuté.

Le 17 mars, l’équipe minoritaire de Sophie Wilmès a reçu la confiance de neuf partis au parlement. La N-VA n’était pas dans le lot. La Première ministre s’était engagée à redemander la confiance dans les six mois qui suivraient, soit le 17 septembre. Le coronavirus qui a contaminé le préformateur Egbert Lachaert a rendu impossible la formation d’un gouvernement d’ici à jeudi prochain, un scénario qui paraissait de toute manière très optimiste. La première réunion où les négociateurs se retrouveront physiquement ne peut se tenir avant le 18 septembre.

La N-VA n’en a cure, covid-19 ou pas. « Il s’agit ici de la formation d’un nouveau gouvernement », a souligné jeudi le chef de groupe, Peter De Roover. Si le gouvernement fédéral actuel ne recevait pas la confiance du parlement, il sera en affaires courantes. « D’un point de vue institutionnel, ce sera même plus facile pour le Roi de désigner un formateur », a fait remarquer M. De Roover.

La N-VA n’a toujours pas l’intention de voter la confiance. « Ce que le gouvernement a fait durant ces six derniers mois, il aurait pu le faire aussi en affaires courantes », a ajouté le chef de groupe. Si la question de confiance était posée, l’une des pistes qui s’offre au parlement est la demande d’un report de celle-ci par motion d’ordre, si du moins la formation d’un gouvernement est en vue.

Les préformateurs Egbert Lachaert (Open Vld) et Conner Rousseau (sp.a) pourraient poursuivre brièvement leur mission, jusqu’à ce que la question du futur Premier ministre soit tranchée entre les sept partis. Le point constitue une pierre d’achoppement des discussions de la coalition Vivaldi. Lorsqu’elle sera réglée, un formateur pourra entrer en scène pour accomplir la dernière phase de la formation avant de prendre la direction du gouvernement.

Sur le même sujet
ParlementMR
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous