Ce qu’il faut retenir de la 12e étape du Tour de France: Hirschi conclut enfin, Roglic toujours en jaune (vidéos)

Photonews
Photonews

La plus longue étape de ce Tour semblait particulièrement attirante pour les coureurs de classiques et les tempéraments offensifs, tant par sa distance que son profil cassant. L’ultime côte paraissait en outre idéale pour provoquer une décision avant l’arrivée en Corrèze.

Contrairement à la veille, c’était d’emblée la bagarre pour quitter la Vienne, un quatuor composé de Politt, Walscheid, Erviti et Luis Leon Sanchez prenant le large. Au terme d’un effort intense et prolongé, Burgaudeau et Asgreen parvenaient à rentrer sur les hommes de tête après 60 bornes.

Las, les Bora de Sagan ne l’entendaient visiblement pas de cette oreille et contrôlaient l’écart en tête de peloton, aidés par les CCC. Les fuyards repris, un nouveau coup dessiné par Sunweb repartait à l’offensive et si Soler tentait d’abord de faire le break c’est Hirschi qui contrait, augmentant son viatique sur ses poursuivants (Schachmann et Soler) dans le Suc au May, juge de paix annoncé à 25 kilomètres du but.

Si Alaphilippe se dégageait à son tour du peloton principal, le Suisse effectuait à nouveau un joli numéro seul contre tous. Repris et battu au sprint à Laruns, il résistait parfaitement, concentré sur son objectif : décrocher son premier bouquet chez les pros. Derrière lui, un pépin mécanique anéantissait les prétentions d’Alaphiippe.

Alors que coureur Sunweb savourait à raison, le groupe des favoris se présentait sans qu’on ait relevé le moindre essai de l’un ou l’autre. Tout profit pour Roglic, toujours en jaune avant d’aborder un Massif Central qui sent la poudre…

L’homme du jour

Marc Hirschi s’était révélé à Nice, battu d’une roue par Alaphilippe. De nouveau devancé sur la ligne à Laruns par les candidats au maillot jaune, le Suisse a remis le couvert et mené son entreprise à terme. Un succès en solitaire qui constitue la première victoire professionnelle de l’ancien Champion d’Europe et du Monde Espoirs.

L’équipe du jour

Spectaculaire et surtout omniprésente depuis le début de ce Tour, l’équipe Sunweb a obtenu une victoire amplement méritée. Outre le coup de force d’Hirschi, on notera que le mérite de l’offensive décisive leur revient avec Benoot, Kragh Andersen et… Hirschi, le maillon fort.

Le Belge du jour

Greg Van Avermaet a terminé 14e, absent de la lutte pour les honneurs, battu par plus fort de son propre aveu. Stuyven (15e) et Naesen (18e) peuvent eux aussi nourrir des regrets en regard d’une journée qui leur convenait sur papier : Belges du jour et déçus du jour…

L’anecdote du jour

Avec ses 218 kilomètres, cette étape se révélait la plus longue de cette édition 2020. Paradoxalement, il s’agit aussi de la plus… courte des plus longues étapes de l’histoire du Tour. Le précédent record datait du Tour 2017 avec une journée de 222,5 kilomètres menant à Salon-de-Provence.

Le chiffre du jour

8. Voilà huit ans que la Suisse attendait un succès d’étape au Tour, depuis le prologue 2012 remporté, à Liège, par Fabian Cancellara. Une belle transmission de témoin quand ont sait que le Bernois était l’idole de jeunesse de Marc Hirschi et qu’il s’occupe désormais de ses intérêts, convaincu de l’énorme potentiel du coureur de 22 ans, Bernois comme lui.

L’image du jour

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous