Accueil Opinions

Il y a 50 ans, Jacques Georgin était tué pour son engagement politique

Il y a tout juste 50 ans, un colleur d’affiches du FDF était battu à mort par des extrémistes flamands. Un fait divers tragique et très rare dans notre vie politique – qui n’est cependant pas immunisée contre la violence.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 4 min

Dans la nuit du 11 au 12 septembre 1970, un enseignant de 35 ans, Jacques Georgin, colle, avec quelques amis, des affiches électorales du FDF, avenue Houba-de-Strooper, à Laeken, en vue des communales qui doivent se tenir un mois plus tard.

Soudain, neuf colleurs d’affiches de la Volksunie – dont plusieurs sont également membres du VMO (Vlaamse Militanten Orde), une milice flamingante qui sera mise hors la loi en 1983 par la Cour d’appel de Gand – descendent d’une camionnette et fondent sur Georgin, qui est molesté à coups de pieds de tables sciés.

Ses camarades parviennent à traîner la victime jusqu’à un café voisin ; elle décédera d’un arrêt cardiaque avant l’arrivée de l’ambulance.

Le Centre d’études de Défi, successeur du FDF, ainsi qu’une avenue schaerbeekoise portent aujourd’hui son nom.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs