Accueil Monde États-Unis

«Je n’ai pas menti»: Trump se débat face à la presse avant la publication d’un livre explosif

Au lendemain de la publication d’extraits de « Rage », qui doit sortir mardi, le président américain s’en est aussi pris à son auteur, rendu célèbre pour avoir révélé, avec Carl Bernstein, le scandale du Watergate dans les années 1970.

Temps de lecture: 3 min

Donald Trump a tenté vendredi, avec difficulté, de clore la polémique née de la série d’entretiens accordés au journaliste Bob Woodward, auteur d’un nouveau livre explosif le visant.

« Pourquoi avez-vous menti aux Américains ? » : la première question adressée au président américain sur les raisons pour lesquelles il a, de son propre aveu, minimisé la menace du Covid-19, a donné le ton.

« Je n’ai pas menti ! (…) La façon dont vous avez posé cette question est une honte », a répondu le dirigeant de la première puissance mondiale, à moins de 60 jours d’une élection où il briguera un second mandat de quatre ans face au démocrate Joe Biden.

À lire aussi Comment la haine s’est immiscée au cœur de la Maison-Blanche

« Je fais preuve de force en tant que dirigeant », a-t-il poursuivi, très remonté. « Il n’y a pas de mensonge (…) Je ne veux pas sauter dans tous les sens et commencer à crier : mort ! morts ! ».

L’épidémie de coronavirus a fait, à ce jour, plus de 190.000 morts aux Etats-Unis.

Il attaque Bob Woodward

Au lendemain de la publication d’extraits de « Rage », qui doit sortir mardi, le président américain s’en est aussi pris à son auteur, rendu célèbre pour avoir révélé, avec Carl Bernstein, le scandale du Watergate dans les années 1970.

À lire aussi Le trésor de campagne de Trump menacé par la gabégie

« Bob Woodward avait mes déclarations depuis plusieurs mois », a-t-il souligné dans un tweet, reprenant à son compte les critiques qui visent le célèbre journaliste, figure de Washington.

« S’il pensait qu’elles étaient graves ou dangereuses, pourquoi ne les a-t-il pas publiées immédiatement afin d’essayer de sauver des vies ? », a-t-il poursuivi.

« J’ai voulu toujours minimiser (le danger) », déclarait le président dans un échange avec Bob Woodward le 19 mars. Or, plusieurs semaines plus tôt, le 7 février, il expliquait au même journaliste combien le Covid-19 était « un truc mortel ».

Naïveté ? Déconnexion de la réalité ? Le président américain a accordé, entre décembre 2019 et juillet 2020, 18 interviews au célèbre journaliste. Par téléphone, ou en face-à-face dans le Bureau ovale ou dans son club de Mar-a-Lago en Floride.

Le milliardaire républicain ne pouvait pourtant pas espérer un éclairage positif sur son mandat de la part de l’auteur de « Peur, Trump à la Maison Blanche », livre publié il y a deux ans dressant le portrait d’un président inculte, colérique et paranoïaque.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Christian Radoux, vendredi 11 septembre 2020, 11:50

    Dans la novlangue des séides du cynique et imbécile mafieux, cela s'appelle une "vérité alternative".

  • Posté par G Jean Luc, vendredi 11 septembre 2020, 8:16

    Trump ne ment pas, il détourne la vérité. A mon avis, il manque quelque chose d'important sous la toiture blonde, il vit dans son conte (pas de fées)

Plus de commentaires

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une