Coronavirus - Les Belges ont parcouru 60% de kilomètres en moins en avril

Les déplacements non-pendulaires (par exemple pour aller à la banque, chez le médecin, faire du shopping, pour la culture, les loisirs, des visites...) sont les principaux responsables de la baisse du transport de personnes. Les navettes domicile-travail ont également fortement reculé en avril (-54%), du fait de la mise au chômage temporaire de nombreuses personnes et du recours massif au télétravail, mais ce recul représente moins d'un quart du déficit total en pkm. "L'absence totale de navettes scolaires explique le reste de la différence par rapport à un mois normal", précise le Bureau du Plan.

Malgré le recours massif au télétravail, cette pratique n'explique que 12% du déficit total en kilomètres parcourus. "Cette observation permet de cerner le potentiel du télétravail en tant qu'instrument de gestion de la demande de transport. Ainsi, même dans son usage le plus large possible (télétravail imposé partout où il est possible, tous les jours de la semaine), un tel accroissement extrême de la pratique du télétravail pourrait selon ces observations ne mener qu'à une baisse d'environ 7% du total des kilomètres parcourus en Belgique par rapport à la situation normale", analyse le Bureau du Plan, qui appelle à un certain "réalisme" s'agissant du potentiel de réduction de la demande de transport qu'engendrerait une généralisation du télétravail.

Le Bureau du Plan attire aussi l'attention sur la nécessité de prendre en compte la perspective d'une moindre attractivité durable des transports en commun, du fait de la promiscuité qu'ils engendrent, et d'éventuelles réductions de capacité associées à des mesures sanitaires préventives. "La prise en compte de ces éléments garantira la crédibilité des mesures envisagées pour atténuer, à l'avenir, l'impact de la congestion et des émissions liées au transport sur notre société", conclut le Bureau du Plan.

Toujours en avril, les kilomètres parcourus en lien avec le transport de marchandises (tkm) ont également chuté, mais dans une moindre mesure, avec un recul de 30% par rapport à un mois d'avril normal.

Au mois de mai, la levée progressive des mesures conduit à une reprise des déplacements, avec un recul plus faible des distances parcourues: -37% de pkm pour les personnes et -20% de tkm pour les marchandises par rapport à un mois de mai normal.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous