Ligue 1: les Girondins de Bordeaux freinent l’Olympique lyonnais

© Photo News
© Photo News

Dans sa quête d’Europe au printemps prochain, les hommes de Rudi Garcia ont peut-être perdu deux points en Gironde. Surtout si on se fie aux statistiques toutes à leur avantage — à part le nombre de fautes commises — qui dans la majorité des cas leur auraient donné la victoire.

Mais ils sont tombés sur un bloc girondin encore une fois hermétique et toujours invaincu cette saison. Au regard de la partition d’ensemble de ses joueurs avant tout solidaires à défaut d’être brillants, Jean-Louis Gasset se satisfera de ce partage des points.

À un Marçal près — le Brésilien a signé cette semaine à Wolverhampton — Garcia avait reconduit l’équipe qui avait réussi son entrée en L1 face à Dijon (4-1, triplé de Memphis Depay dont deux penalties). Du coup, Houssem Aouar, guéri de la Covid, est resté pendant près d’une heure sur le banc.

« On sait que ce n’est jamais facile d’aller gagner à Bordeaux », avait-il déclaré jeudi.

Sur le papier, il n’avait pas tort, tant le pedigree des récents demi-finalistes de la Ligue des Champions peut faire peur sur la scène hexagonale.

Entrée positive d’Aouar

Rapidement dans le bain, les Lyonnais ont montré beaucoup de détermination avec trois situations express dans la surface d’un Benoît Costil en alerte mais la précision a manqué à Karl Toko Ekambi à la sortie d’une d’un-deux avec Moussa Dembélé (2), ou même à ce dernier sur un centre en retrait de Maxwel Cornet (8).

Maxence Caquerel et Bruno Guimarães impériaux au milieu, Léo Dubois intenable sur son côté: les Rhodaniens ont confisqué un long moment le ballon à des Bordelais désespérément mièvres dès qu’il s’est agi d’approcher des buts d’Anthony Lopes.

Pour tout dire, les rares frissons qu’ils ont suscités lors du premier acte sont venus d’un pressing très haut sur l’arrière garde des Gones qui a paniqué par deux fois sans que les hommes de Jean-Louis Gasset n’en profitent.

Le scénario a peu varié à la pause avec des Lyonnais jouant à leur main et enchainant les tentatives hors cadre — Depay (52), Joachim Andersen (53) — face à des Girondins ayant toutes les peines du monde à se faire trois passes vers l’avant.

La rentrée d’Aouar a éclairé un peu plus le jeu visiteur, avec une percée plein champ irrégulièrement stoppée par ... Jimmy Briand, puis un festival dans la surface suite à une mauvaise de Laurent Koscielny conclu par une frappe sur le poteau de Costil battu (81), avant une tentative finale fuyant le cadre (90+1).

En face, Bordeaux y a cru aussi quand les débats se sont un peu plus équilibrés — merci Yacine Adli, entré à l’heure de jeu — avec moins de retenue et de calculs, à l’image de Toma Basic taclant de rage mais à côté un ballon égaré dans la surface visiteuse.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous