Accueil Belgique Politique

«Pas de nouveau plan climat en Flandre si les centrales nucléaires ferment», menace la ministre flamande N-VA

La ministre flamande de l’Énergie, Zuhal Demir, ne semble pas vouloir coopérer avec une éventuelle Vivaldi.

Temps de lecture: 1 min

La ministre flamande de l’Énergie, Zuhal Demir (N-VA), a averti, samedi au micro de l’émission « De ochtend » sur Radio 1, que le gouvernement flamand n’adapterait pas son plan climat si un nouveau gouvernement fédéral venait à planifier la fermeture des centrales nucléaires.

La ministre réagissait ainsi au projet d’Ecolo, qui souhaite fermer toutes ces installations d’ici à 2025, prévenant que ceci ne changerait rien à sa politique.

« Ils doivent nous prendre en compte. Si le gouvernement fédéral veut construire des centrales au gaz, il doit demander des autorisations à la Flandre », a-t-elle précisé.

À lire aussi Peter De Roover (N-VA): «Il y a une sorte d’humiliation pour tous les gens qui participent aux élections»

Mme Demir ne semble pas avoir l’intention de coopérer avec un éventuel gouvernement Vivaldi et s’en tiendra à l’accord de coalition flamand. « Nous avons dit que la facture énergétique n’augmentera pas et je m’y tiendrai », a-t-elle ajouté. « Je défendrai la facture énergétique des familles, des PME et de l’industrie flamandes ».

À lire aussi Electricité: le mécanisme de rémunération de capacité n’alourdira pas la facture des consommateurs

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

24 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, dimanche 13 septembre 2020, 21:40

    Remi Bayens, j'entends bien votre discours sur les pales d'éoliennes. Je demande quand même à voir les sources et vous rappelle qu'en terme d’enfouissement, les problèmes est solidement plus aigu encore s'agissant des déchets radioactifs, qui soit dit en passant vont coûter une fortune sur le moment et à l'entretien, sur une TRES longue durée. Si on décide de tourner le dos au nucléaire, la recherche ira croissant sur les énergies alternatives. Les industriels ont besoin d'un signal. On finira peut-être par faire des pales d'éoliennes en matériaux recyclables et il y a tant d'autres recherches en cours de développement. En Suisse, des chercheurs ont trouvé le moyen de fabriquer de l'hydrogène à base solaire. Ca reste à l'Etat de recherche. Mais plus les labos et les industriels auront le signal de la fin des énergies fossiles et nucléaires, plus ils seront intéressés à trouver l'énergie de demain. Tant qu'il y a du blé à se faire sur ces énergies polluantes, ils continueront à polluer jusqu'aux esprits pour continuer à exploiter un filon qui ne leur coûte plus rien en terme de développement et de recherche. On peut les comprendre mais en tant que société, nous devons évidemment refuser cette passivité coupable.

  • Posté par Deckers Björn, dimanche 13 septembre 2020, 20:51

    @philippe kupper, il faut un consensus au gouvernement flamand pour contrer le fédéral. Hors, le CD&V et le VLD font partie du gouvernement fédéral. A moins que ceux là ne soient atteint de schizophrénie, il est probable qu'ils ne laisseront pas tant de marges à la NVA comme vous semblez le souhaiter.

  • Posté par Deckers Björn, dimanche 13 septembre 2020, 20:49

    Juste Propronet et Remi Baeyens. La loi prévoyant la sortie du nucléaire date de 2003. Les écologistes ont quitté lé gouvernement fédéral la même année, il sont dans l'opposition depuis 17 ans. A priori, ils sont parti pour y retourner prochainement. Mais 17 ans!!! C'était largement assez, si c'était selon certains, fou, insensé, que sait-je encore pour abroger la loi de 2003. Entre temps, tous les partis, y compris la NVA (étonnant non?) ont participé à des majorités sans jamais remettre en cause la loi de 2003 alors que les écologistes étaient dans l'opposition. Dans ces conditions, la question n'est plus celle de la sortie du nucléaire (Cela fera vite 20 ans qu'on a voté ce texte et qu'il n'y a jamais eu de majorité pour revenir en arrière) mais bien d'en finir avec les atermoiements coupables et décider de la transition énergétique et de lancer les chantiers. Maintenant.

  • Posté par philippe kupper, samedi 12 septembre 2020, 22:17

    C'est le prix a payé lorsqu'il n'existe pas de majorité flamande au fédéral : il faut l'accepter ! Les Flamands ne feront aucun cadeau ! Si les Wallons ne veulent plus du nucléaire , la majorité flamande ne veut pas payer pour cela et donc que la Wallonie paie les centrales à gaz seul ! Ce gouvernement ne peut tenir , il y aura des sonettes d'alarmes, conflits d'interets, recours au conseil d'Etat et tout le bataclan juridique afin de mettre tout ce qui couterait de l'argent à la Flandre au frigo pour des lustres et cela de façon tout a fait démocratique !

  • Posté par Nijs Eric, samedi 12 septembre 2020, 20:55

    Et CQFD voila encore une position qui fair que la NVA est hors jeu dans le ‘peur etre’ prochain gouvernement... d’ailleurs la polotique ecologique devrait etre planetaire! On le voit avec le Covid. Il y a des enjeux qui depasse le regionalisme.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une