Accueil Belgique Politique

Namur, première province à devoir se saigner

L’obligation de financer les zones de secours impose de supprimer services et emplois. D’autres Provinces vont-elles suivre ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Si la perspective d’une disparition pure et simple des cinq provinces wallonnes semble écartée, leur réforme et la redéfinition de leurs missions est plus que jamais d’actualité. La décision prise par le gouvernement wallon de leur confier le financement des zones de secours tient lieu d’accélérateur.

Vendredi, la députation provinciale de Namur a ainsi annoncé une vaste restructuration interne qui devrait se solder par la perte de 200 emplois sur 1.200 d’ici 2024. Aucun licenciement n’est prévu, la mobilité interne et les départs naturels permettront d’atteindre l’objectif.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par LOUIS LERUSE, lundi 14 septembre 2020, 17:46

    Si depuis 40 ans que la région wallonne existe et a décidé de conserver les provinces il avait été établi une règle de bonne gestion à savoir amélioration de Minimum 2 % d'efficience , comme cela aurait du etre fait au niveau national nous serions plus "riches " dans tous les sens du terme et sans doute plus heureux ! Mais nos politiques ne pensent que à leurs réélection,leur statut et bien peu au citoyen dont ils sont censés être au service

  • Posté par Dardenne Didier, lundi 14 septembre 2020, 11:41

    Les provinces vont donc devoir apprendre à compter, ce qui n'était pas vraiment le cas jusqu'à présent. Dépenses de prestiges, personnel excédentaire, énormes frais de représentations ... étaient l'habitude. En cas de problème elles augmentaient les taxes. Trop facile et irresponsable. Il faudra bien se pencher si il n'y a pas moyen de faire mieux en répartissant les compétences dans d'autres entités existantes, région, communes, conseils d'arrondissement ...

  • Posté par Monsieur Alain, lundi 14 septembre 2020, 10:42

    Que les missions des provinces soient redistribuées et rationalisées. La première fonction d'une structure politique est d'assurer sa pérennité. Autant savoir.

  • Posté par Christian Radoux, mardi 15 septembre 2020, 0:38

    C'est effectivement le fond du problème. Survivance des départements napoléoniens, elles sont devenues, au plan politique, de coûteux parasites. Un exemple ? Près de chez moi existait un très utile centre dévolu aux maladies du bétail. La province du Hainaut a viré son personnel et vendu le bâtiment à une école catholique formant (?) des infirmièr(e)s, dont pratiquement tous/toutes les élèves sont français(e)s et dont les voitures rendent la circulation infernale (bus des TEC bloqués, etc.). Sans la moindre enquête d'incidence dans le quartier, cela va de soi. Ce sont ces politiciens qu'il faut virer. Le personnel peut très bien être repris par la région wallonne ( j'ai omis à dessein quelques énervantes majuscules).

  • Posté par Clodong André, lundi 14 septembre 2020, 7:48

    La Wallonie a vécu depuis ses débuts au dessus de ses moyens. L'endettement est aujourd'hui énorme. Il fallait bien à un moment regarder la réalité en face.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs