Gilead rachète une biotech spécialisée dans le traitement du cancer

Lors de cette transaction, qui doit être finalisée au cours du quatrième trimestre 2020, Gilead va racheter les titres boursiers d'Immunomedics au prix de 88 dollars par action, soit plus du double de leur valeur actuelle (42,25 dollars).

Gilead a prévu de financer l'opération grâce à 15 milliards de dollars en espèces et 6 milliards de dollars de nouvelle émission obligataire.

"Cette acquisition représente un progrès significatif dans les efforts de Gilead pour construire un portefeuille solide et diversifié dans le domaine de l'oncologie", a commenté dans un communiqué le patron de Gilead, Daniel O'Day.

Basé à Morris Plains dans le New Jersey (nord-est), Immunomedics produit le Trodelvy, un conjugué anticorps-médicament (ADC) qui sert au traitement ciblé du cancer du sein dit "triple négatif", une forme particulièrement agressive de la maladie. Celle-ci représente 10% à 15% de l'ensemble des cancers du sein, selon la American Cancer Society.

Le Trodelvy a été approuvé en avril par la FDA, l'Agence américaine des médicaments.

"Nous sommes très heureux que Gilead reconnaisse la valeur du Trodelvy, à la fois le rôle important qu'il a déjà commencé à jouer pour les patients atteints d'un cancer du sein métastatique triple négatif et pour son potentiel à aider de nombreux autres patients atteints de cancers à l'avenir", a réagi dans le communiqué Behzad Aghazadeh, président du conseil d'administration d'Immunomedics.

Des études sont en cours pour évaluer l'efficacité du Trodelvy, notamment dans le traitement des cancers du poumon et de la vessie.

L'action d'Immunomedics a bondi de plus de 90% à Wall Street depuis l'approbation du Trodelvy. La société vaut actuellement 9,6 milliards sur la place new-yorkaise.

Pour Gilead, cette acquisition à prix d'or s'inscrit dans une stratégie de diversification de ses activités.

L'entreprise a fait les titres de l'actualité ces derniers mois pour son antiviral Remdesivir, premier à avoir démontré un relatif bénéfice pour les malades du Covid-19, mais elle produit aussi des traitements contre l'hépatite C et le VIH.

La société a signé en juillet 2019 un vaste accord de collaboration avec la biotech belge Galapagos, qui développe une molécule destinée au traitement de l'arthrite rhumatoïde et de la maladie de Crohn chez les hommes.

Gilead avait déjà fait un pas dans le secteur en plein développement de l'oncologie avec l'acquisition en avril, pour 4,9 milliards de dollars, de Forty Seven, qui développe un traitement prometteur pour les cancers hématologiques.

En juin, le laboratoire avait acheté près de la moitié des parts de la société Pionyr Immunotherapeutics, aussi spécialisée dans le traitement du cancer, en vue d'une acquisition.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous