Roglic, Pogacar, Quintana, Porte…: le baromètre des favoris avant la dernière semaine du Tour de France

Photo News
Photo News

En hausse

Primoz ROGLIC (Team Jumbo-Visma)

Chaque jour qui passe le rapproche de la victoire finale. Tous les voyants semblent au vert pour le Slovène qui affiche une forme et une confiance absolues, épaulé qui plus est par une fantastique équipe Jumbo-Visma. Sans débauche d’efforts ni autre pépin, il atteint ce second jour de repos avec une avance confortable sur ses adversaires, seul Pogacar restant en embuscade. Or le chrono décisif jugé à La Planche des Belles Filles paraît taillé à sa mesure au vu de ses qualités de rouleur.

Tadej POGACAR (UAE Emirates)

Son talent n’était plus à démontrer mais le jeune Slovène confirme qu’il possède réellement toutes les qualités nécessaires pour devenir le spécialiste des courses par étapes dans les années à venir. Victorieux au Grand Colombie après avoir déjà levé les bras à Laruns, il n’est pas seulement le meilleur jeune de ce Tour, il est aussi le dauphin et seul véritable adversaire capable d’inquiéter son compatriote Roglic. Et n’oublions pas le temps concédé dans une cassure vers Lavaur…

Richie PORTE (Trek-Segafredo)

À 35 ans, Richie Porte n’incarnait plus un favori en puissance au départ de Nice. Ancien lieutenant de Froome chez Sky, sa meilleure place à Paris restait le 5e rang décroché en 2016. S’il n’avait jamais confirmé sur trois semaines depuis lors, l’Australien étonne par sa régularité, progressant même de jour en jour pour pointer au 6e rang. Sans ennui majeur, avec un contre-la-montre à venir, il peut briguer la troisième marche du podium.

Stable

Rigoberto URAN (EF Pro Cycling)

De tous les Colombiens, il est incontestablement celui qui rend le meilleur rapport à ce stade de la course, d’autant qu’il n’incarnait pas (plus) celui en qui la Colombie place tous ses espoirs. S’il n’a pas connu de mauvais moment jusqu’ici, il reste dans une position de suiveur comme l’indiquait notre envoyé spécial dans le podcast. Cela lui rapportera donc une place d’honneur, pas mieux.

Mikel LANDA (Bahrein-McLaren)

L’Espagnol présente un rapport plus ou moins similaire à celui d’Uran, capable de suivre en toutes circonstances jusqu’ici. Dans le Grand Colombier, on l’a vu entouré d’équipiers (Bilbao et Caruso) jusque dans le final. Un avantage incontestable pour Land, qui devra néanmoins tenter sa chance s’il veut améliorer une position légèrement en retrait au général en raison du temps perdu dans la cassure vers Lavaur.

À la baisse

Egan BERNAL (Ineos-Grenadiers)

Le vainqueur du Tour 2019 n’a pas seulement faibli, il a craqué d’une pièce dans l’étape dominicale, littéralement collé dans le Grand Colombier. La confirmation des signes inquiétants entrevus depuis deux semaines, il n’affichait ni la forme ni la confiance requise. La détresse physique du Colombien se doublait d’une douleur morale, comprenant qu’il ne réalisera pas le doublé, ne luttera même pas pour un podium. Chef de file unique au départ de Nice, il incarnera la première défaite de Ineos-Grenadiers (ex-Sky) depuis l’avènement de la formation.

Nairo QUINTANA (Arkéa Samsic)

Son changement d’air chez Arkéa et un début de saison d’une excellente facture amenait à penser que les déceptions successives de Quintana appartenaient au passé. Celui qui fut le rival de Froome avait peut-être retrouvé ses meilleures jambes et un mental conquérant. Si la première semaine laissait espérer, la confirmation n’a pas suivi. Le Grand Colombier l’a vu lâcher prise en même temps que son compatriote Bernal. L’addition se révèle un rien moins salée pour lui mais son Tour 2020 ne le réhabilitera pas.

Guillaume MARTIN (Cofidis)

Excellent dans les Pyrénées, le grimpeur français s’était attiré les feux des projecteurs, impressionnant acteurs et suiveurs. S’il demeure certes le meilleur Français au classement (Bardet a abandonné, Pinot est largué depuis le premier col du Tour), le Normand a marqué le pas durant ce deuxième volet. Volontaire, il va devoir s’accrocher s’il veut faire de son Tour une découverte réussie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous