Accueil Opinions Éditos

«Allez les gars, encore un effort!»: il va falloir trouver mieux pour combattre le coronavirus

Nous n’avons pas la solution, mais la chose est sûre, il va falloir revenir vers les « gens » pour les soutenir, les encourager, les convaincre.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

On ne va pas se le cacher, ce Covid tape sur le système, fatigue. Lutter contre ce virus revient désormais à courir un marathon qui n’aurait pas de kilométrage final, sans ligne d’arrivée. On craque, on reprend courage, on re-craque : mais quand pourra-t-on considérer que c’est derrière nous ?

Le Covid joue au yo-yo avec notre moral, notre résilience, notre résistance. Cela sourd de partout, des amis, des parents, des jeunes comme des plus âgés, des optimistes comme des inquiets, des « au courant » comme de ceux qui ne veulent pas trop en savoir.

Nous voilà comme ces hamsters qui agitent leurs petites pattes compulsivement pour rester en piste dans cette roue de notre vie qui n’est plus actionnée que par les chiffres du virus et des panneaux colorés. Argh, ce rouge, argh cet orange !

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

22 Commentaires

  • Posté par Staquet Jean-marie, mardi 15 septembre 2020, 23:52

    Pathétique...

  • Posté par Delvaux Alain, mardi 15 septembre 2020, 19:46

    Comment maintenir ou retrouver de l’adhésion dans la population ? En facilitant et rationalisant les processus de contrôle, de quarantaine, de port du masque, de bulles, etc. ? En simplifiant les règles pour assurer de façon plus crédible le difficile équilibre entre « protection » et « exposition » ? Un bon début serait déjà de ne pas infantiliser les gens en prenant des mesures DEBILES comme le port du masque obligatoire dans toute une région, que vous soyez dans la rue neuve, dans une rue peu fréquentée ou dans un bois. Les gens comprennent (j'ose l'espérer) la nécessité de la distanciation, du port du masque dans les espaces clos, du lavage des mains, mais une mesure bête et méchante, non !

  • Posté par Pellegrini Marie-Jo, samedi 19 septembre 2020, 10:11

    200% d'accord avec vous.

  • Posté par Lambert Denise, mardi 15 septembre 2020, 18:11

    Maggie n'a jamais été forte en communication, n'a aucune idée de ce qu'est l'empathie. Elle n'entend que ce qu'elle veut bien. Pourtant le corps médical dont elle est issue fait preuve d'une grande flexibilité, de sens de l'écoute, de don de soi. Chapeau à toutes et tous et MERCI à vous aides-soignant.e.s, médecins généralistes, infirmier.e.s, spécialistes, technicien.ne.s, laborentins, je ne connais pas toutes les spécialités...mais je vous englobe et vous remercie encore. Qu'est-ce que le port du masque et le lavage des mains après tout ? Je peux toujours rendre visite à ma maman en MRS (ici aussi merci pour votre dévouement). J'ai perdu plus en terme de contacts humains à cause de l'usage effréné des smartphones qu'avec l'intro d'un bout de tissu tout bien considéré.

  • Posté par Andre Georges-marc, mardi 15 septembre 2020, 16:48

    Mme Delvaux, Afin de démontrer les carences des autorités belges, je vous fait part d'un cas concret. Suite à un léger symptôme ressenti le 6 septembre, un couple résident en France a souhaité être testé. Compte tenu de l'encombrement des laboratoires, ce test n'a pu être réalisé que le 10 septembre. A la suite de ce test, ils ont été diagnostiqués positifs au COVID-19. Leur médecin traitant a constaté leur parfait état de santé le 15 septembre. Ceux-ci sont obligés de rentrer en Belgique le 20 septembre, soit 14 jours après la brève apparition de ces légers symptômes. Sachant que le caractère contagieux de la maladie ne dure pas plus de 7 jours (voir les dispositions françaises), qu'ils ont décidé de leur plein gré de se confiner depuis le 6 septembre afin de protéger leur entourage et qu'ils ne sont plus contagieux depuis le 13 septembre, comment ceux-ci doivent-ils se comporter quelque soit le lieux d'où ils viennent au moment de leur retour en Belgique? Ayant été testés positifs et ayant depuis largement dépassé la durée de la période durant laquelle ils sont contagieux, ils font partie des personnes les moins dangereuses de toutes. Et pourtant, leur cas n'est pas envisagé par les "savants" qui nous dirigent. Doivent-ils simplement passer un test en Belgique afin de confirmer les constatations faites en France (attention! la Belgique ne fait pas confiance aux médecins français!) même s'il est clair que ces personnes ne sont plus contagieuses. Sachant que le coronavirus peut continuer à être détecté durant plusieurs semaines, voir plusieurs mois, doivent-ils se soumettre à nouveau à des tests (les tests belges sont évidemment semble-t-il meilleurs que les tests français!) qui détecteront fort probablement à nouveau la présence de séquelles (non dangereuses) du virus et doivent-ils se soumettre à une nouvelle "quatorzaine" totalement inutile dans ce cas (effectivement, entamer une "quatorzaine" alors que les symptômes sont apparus 14 jours plus tôt et que le virus a été officiellement détecté 10 jours auparavant, sachant que le danger de contamination n'est pas supérieur dans le pire des cas à 7-8 jours, cela relève de la pure idiotie) ? Pour rappel, même le directeur du tour de France diagnostiqué positif n'a été placé en "quarantaine" que 7 jours. Ceci est un exemple supplémentaire de l'idiotie et de l'impréparation des mesures décidées par des personnes qui n'ont pas réfléchi aux responsabilités qui leurs ont été confiées. Les textes actuels ne répondent en tout cas pas à de telles situations. Dans ce contexte, pourquoi voulez-vous que les belges respectent ces dispositions totalement imprécises?

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs