La saison 2020-2021 au Théâtre Marni: les reprises étoilées à ne pas manquer

Toute la saison.

Nos critiques des reprises

Da Solo * * *

Les 15 et 16 septembre

Seul en scène, Angelo Bison dégaine son jeu hypnotique pour nous emmener sur les talons d’un vieil homme qui, au soir de sa vie, fait le bilan : ses rêves d’enfant, sa Toscane natale, l’appel du large, l’exil volontaire, l’impossible retour en arrière, la vie dans sa Belgique d’adoption, les paradoxes de la vieillesse. Touchante et lumineuse, la pièce de Nicole Malinconi dessine une vie d’homme dans sa plus simple expression.

Pesadilla * *

Le 18 septembre

Proposition de vélo acrobatique, magie, équilibre, de danse onirique et sportive, cauchemar éveillé porté par Piergiorgio Milano, le spectacle s’enfonce peu à peu dans le sommeil agité d’un homme en chemise cravate. Comme les dédales imprévisibles du rêve, Pesadilla slalome entre forêt artificielle, panda géant, requin volant, chien sadomaso sur talons aiguilles et autres délires à la Terry Gilliam. Au fil de ces contorsions burlesques ou cauchemardesques, la pièce déploie un imaginaire noir, voire angoissant, loin du cirque traditionnel.

Boys boys boys * * *

Du 30 mars au 1er avril

Couillu, ce spectacle de Diane Fourdrignier ! S’épancher sur la masculinité en pleine ère post-#MeToo, c’est plutôt kamikaze ! Six hommes osent pourtant dévoiler leur « mâle » être. Avec un humour plus viral que viril. Par touches impressionnistes, ces comédiens traversent les modèles, les doutes, les colères ou les souffrances qui composent une vie d’homme. Hétéroclite et d’une sincérité désarmante.

Sur le même sujet
BelgiqueTerry Gilliam
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous