Procès Hakimi-Pauwels: le procureur général a requis plusieurs peines de prison

Procès Hakimi-Pauwels: le procureur général a requis plusieurs peines de prison

Le procureur fédéral a requis mardi plusieurs peines de prison contre Said Hakimi, le frère cadet de Farid qui est considéré comme le chef de cette bande qui a perpétré des home-jackings dans le Hainaut et le Brabant wallon entre 2015 et 2017. Said, placé quatre fois sous mandat d’arrêt, aurait repris le trafic de cocaïne de son frère aîné après l’incarcération de ce dernier.

Said Hakimi est poursuivi pour plusieurs faits dont une détention arbitraire en région montoise. Des hommes de main ont ainsi été envoyés chez l’ancien compagnon d’une prévenue, à qui les malfrats ont placé le canon d’une arme dans la bouche pour le menacer de mort. La victime a été molestée.

Une prévention de vente de cocaïne est aussi retenue contre Said Hakimi qui a repris le business de son frère aîné après l’incarcération de ce dernier.

Un recel de moto est aussi reproché au cadet des frères.

Deux peines ont été requises pour ces faits : 5 ans pour détention arbitraire, recel et association de malfaiteurs et une peine d’un an pour avoir caché une arme dans un bois, retrouvée par sa mère.

Le cadet des frères Hakimi n’a par ailleurs pas respecté le couvre-feu après sa libération et a entretenu des contacts avec le milieu des stupéfiants. Il a été placé quatre fois sous mandat d’arrêt depuis le début de l’enquête.

Deux sources policières ont indiqué, en avril 2019, que Said était encore actif dans le milieu de la drogue. Cette affaire est encore au stade de l’enquête.

Il s’est aussi lancé, dit le procureur, dans un commerce de location de voitures, au nom de sa mère, dont les clients étaient tous connus dans le milieu des stupéfiants. Ce qui étonne le procureur, c’est le nombre de contacts téléphoniques effectués la nuit pour la location de deux voitures.

Une peine de deux ans a été requise en plus des deux autres peines réclamées plus tôt, soit huit ans de prison au total. Le procureur s’est opposé à toute mesure de sursis. Si le tribunal venait à décider l’inverse, il propose un sursis pour ce qui excède trente-sept mois de prison.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous