Le CNS n’est pas avancé malgré une hausse des contaminations: «Il n’y aura pas de nouvelles mesures à chaque pic»

Le CNS n’est pas avancé malgré une hausse des contaminations: «Il n’y aura pas de nouvelles mesures à chaque pic»

La prochaine réunion du Conseil national de sécurité (CNS) consacré à l’évaluation des mesures à prendre pour lutter contre le coronavirus reste fixée à la semaine prochaine, a-t-on appris lundi de source gouvernementale, alors que des voix se font entendre pour l’avancer.

Les membres du CNS, qui rassemble les principaux ministres du gouvernement fédéral, les ministres-présidents des entités fédérées et des experts attendent toujours un avis du Comité d’évaluation fédéral (Celeval).

La hausse régulière du nombre moyen de contaminations au coronavirus par jour enregistrée ces dernières semaines a poussé certains à réclamer une réunion plus rapide du CNS. La Première ministre Sophie Wilmès (MR) avait indiqué le 20 août dernier, à l’issue de la dernière réunion du CNS en date, prévoir la suivante fin septembre.

Réinvention des relations sociales

Le Comité d’évaluation fédéral (Celeval) avait à cette occasion été chargé de se pencher, avec l’aide de spécialistes – dont des psychologues – sur la façon de « réinventer de manière pérenne » la façon d’entretenir des relations sociales. Il s’agit d’« une priorité » afin de « donner une perspective » à la population, avait assuré la Première ministre.

De source gouvernementale, on précise que le calendrier défini pour la tenue du prochain CNS est donc respecté. Les principaux ministres et les Régions et Communautés devraient se réunir dans la semaine du 21 septembre et cette semaine sera consacrée aux préparatifs du prochain CNS.

Selon des informations du Het Laatste Nieuws, il semble que de nouvelles mesures sanitaires ne seront plus prises à chaque nouveau pic des contaminations. «  Ce qui est plus urgent maintenant, c’est que le gouvernement reconnaisse que les chiffres augmentent et que tout le monde prenne cela sérieusement  », a expliqué Erika Vlieghe sur Radio 1.

Le biostatisticien Geert Molenberghs proclamait le même message hier : «  Les gens ne comprennent plus et abandonnent. Espérons qu’il y aura toujours un signal fort de la part de nos dirigeants. Si nous attendons plus longtemps, nous serons confrontés à des problèmes bien plus importants dans quelques semaines  ».

Des solutions concrètes

En principe, les mesures actuelles seront maintenues jusqu’au 30 septembre. « Ces mesures fonctionnent vraiment si elles sont appliquées de manière cohérente  », a expliqué le virologue Stevan Van Gucht. Un point de vue que la ministre de la Santé Maggie De Block partage : «  Il est inutile d’annoncer des mesures différentes chaque jour quand il y a des gens qui ne respectent déjà pas les actuelles  ».

Le CNS semblerait vouloir trouver des solutions plus concrètes pour s’armer contre la critique des « mesures trop vagues » que bon nombre de citoyens ne comprennent plus à force d’exceptions. «  Il devra s’agir de conseils durables. Les mesures en constante évolution ne profitent à personnes  », a appris de bonne source le journal Het Laatste Nieuws.

«  L’idée est qu’il n’y aura pas de réaction de panique à chaque nouveau pic de la courbe des contaminations. Annoncer de nouvelles mesures, les assouplir puis les durcir n’a pas de sens. En fin de compte, personne ne suit  ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous