Coronavirus: il existe de grosses différences régionales dans la volonté de se faire tester après un voyage

Coronavirus: il existe de grosses différences régionales dans la volonté de se faire tester après un voyage

Il existe de grandes différences entre les provinces en ce qui concerne la volonté de se faire tester après un voyage dans une zone à haut risque. C’est ce que montrent les chiffres fournis par le ministre flamand du bien-être Wouter Beke (CD&V) au Parlement flamand, après une interpellation de Chris Janssens (Vlaams Belang).

Toute personne revenant d’une zone rouge à l’étranger doit se faire tester et doit passer deux semaines en quarantaine. Cependant, tout le monde ne suit pas ces règles. Au cours des premières semaines, seuls 50 % d’entre eux se sont fait tester, a déclaré M. Beke au Parlement. « Tandis qu’ils étaient 84 % la semaine du 10 septembre. »

Les différences régionales sont frappantes. C’est le Brabant flamand qui obtient les pires résultats, avec seulement 70 % de personnes prêtes à se faire tester. En Flandre occidentale, il est de 75 %, à Anvers de 80 %, en Flandre orientale de 82 % et dans le Limbourg de 86 %.

Selon M. Beke, de nombreuses personnes ont également reçu un PV pour ne pas avoir respecté les règles de quarantaine. Les chiffres exacts sont encore en cours de collecte.

« Il est regrettable que les mesures annoncées soient restées lettre morte pendant la haute saison touristique », a déclaré Chris Janssens. « Il est particulièrement douloureux d’entendre les experts dire maintenant que certains des chiffres concernent les voyageurs de retour en Belgique. Assurez-vous que le système fonctionne à l’automne ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous