Ce qu’il faut retenir de la 16e étape du Tour de France: Kämna récompensé pour son offensive, Roglic serein en jaune (vidéos)

@AFP
@AFP

La 16e étape : La Tour-du-Pin – Villard-de-Lans (164 km)

Le lendemain d’un jour de repos est souvent délicat à gérer et l’étape de mercredi s’annonce décisive pour le classement général. Autant d’ingrédients qui faisaient de cette escapade dans le Vercors le terrain de jeu idéal pour les attaquants : les grimpeurs et puncheurs capables de passer les cols du jour recevaient une occasion unique de sauver leur Tour ou de lui donner un éclat particulier

Voir Carapaz et Roche démarrer d’entrée confirmait ces prévisions, le retour d’un large groupe de contre donnant des allures royales à cette fugue avec, outre le duo initial Alaphilippe, Amador, Barguil, Benoot, Kämna et Rolland. Après 90 bornes, l’offensive voyait encore rentrer 5 hommes pour compter 23 noms. Le peloton relégué à plus de dix minutes, le futur vainqueur se trouvait parmi eux.

Pacher secouait le cocotier, se dégageant peu avant la Montée de Saint-Nizier-du-Moucherotte. La principale difficulté du jour qui voyait Bernal immédiatement décroché, la confirmation d’un mal profond. L’échappée explosait dans l’ascension et c’est Kämna qui basculait en tête au sommet, après avoir contré Carapaz, Alaphilippe ayant étonnamment explosé d’un bloc.

Lancé dans un chrono vers Villard-de-Lans, l’Allemand creusait l’écart pour s’octroyer un bonus supérieur à la minute au pied de la côte décisive. Largement suffisant pour le coureur Bora qui ne coinçait absolument pas, vainqueur récompensé pour son tempérament offensif, supérieur à quelques pointures avérées.

Au sein du peloton principal, les équipiers de Roglic maintenaient un tempo suffisamment élevé pour empêcher les attaques : Pogacar se contentait d’une vague accélération avant que Lopez ne profite de la guerre des nerfs entre Slovènes pour leur griller la politesse sur la ligne. Une journée tranquille pour le maillot jaune néanmoins.

L’homme du jour

A tout juste 24 ans, Lennard Kämna a pu lever les bras et oublier la déception du Puy Mary, devancé par Martinez. Un mois après le premier succès de sa carrière à Megève, lors du Dauphiné, l’Allemand se profile en homme providentiel chez Bora où Buchmann n’a pu répondre aux attentes, Sagan éprouvant lui aussi des difficultés à se mettre en évidence.

L’équipe du jour

Ineos-Grenadiers doit changer son fusil d’épaule. Avec Carapaz, Sivakov et Amador dans l’échappée, les maillots noirs ont enfin joué un rôle actif, l’Équatorien ne s’inclinant que face à un Kämna supérieur, Sivakov démontrant un regain de forme après ses chutes de Nice. Une victoire d’étape constitue sans doute leur ambition de cette fin de Tour, une maigre consolation

Le Belge du jour

Tiesj Benoot appartenait au trio Sunweb qui figurait dans l’échappée. S’il possédait les meilleures cartes, le Gantois n’a pu accompagner les meilleurs dans la Montée de Saint-Nizier-du-Moucherotte. Septième sur la ligne, il confirme tout de même une condition croissante, intéressante en vue du Championnat du Monde, à Imola.

Le battu du jour

Dès que le peloton a haussé l’allure, Egan Bernal a de nouveau « dévissé ». Souffrant visiblement du dos, le Colombien est clairement diminué, ses illusions envolées. On ne l’imagine pas en état de revendiquer un succès d’étape dans ce contexte. S’il poursuit, ce sera avant tout au caractère, au nom du collectif.

Le chiffre du jour

35. Voici 35 ans, en 1985, Villard-de-Lans accueillait le Tour pour la première fois, à l’occasion d’un contre-la-montre de 31 kilomètres. Un Belge s’y était d’ailleurs imposé en la personne d’Eric Vanderaerden qui avait relégué le deuxième, Bernard Hinault, à plus d’une minute !

L’image du jour

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous