Coronavirus: un moment décisif pour l’Europe, selon l’OMS

Coronavirus: un moment décisif pour l’Europe, selon l’OMS
AFP

Il est temps d’arrêter de « poursuivre des chimères » et de prendre des décisions dures pour protéger les plus vulnérables et maintenir les jeunes à l’école, quitte à accepter des sacrifices inévitables, a déclaré le directeur des Situations d’urgence de l’OMS Michael Ryan.

« L’Europe aborde une saison où les gens vont commencer à retourner dans les espaces intérieurs. La pression de l’infection va augmenter », a déclaré M. Ryan au cours d’une conférence de presse virtuelle.

Les écoles ou les bars ?

Des compromis devront être faits pour maintenir à la fois les plus jeunes et les plus âgés dans la vie sociale, a-t-il souligné. « Le seul moyen est que les adultes maintiennent une distance suffisante pour favoriser une baisse de la contagion ». « Qu’est ce qui est le plus important : le retour de nos enfants dans les classes ou l’ouverture des nightclubs et des bars ? », a-t-il lancé.

Vendredi, l’OMS a enregistré un nombre record de nouveaux cas confirmés en un seul jour, avec 53.873 contaminations.

Maria Van Kerkhove, responsable de la gestion du Covid-19 à l’OMS, a estimé que l’augmentation des cas en Europe était partiellement due à l’augmentation des capacités en matière de tests et de surveillance.

Tendance inquiétante

Cependant, a-t-elle mis en garde, « cette résurgence atteint en partie des niveaux plus élevés que ceux que nous avons vus en avril et en mai. C’est une tendance inquiétante que nous constatons indéniablement », a-t-elle dit au cours de la même conférence de presse tenue par l’OMS, l’Organisation des Nations unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO) et le Fonds des Nations unies pour l’Enfance (UNICEF) et consacrée au retour des enfants à l’école.

« Il n’y a pas de risque zéro »

M. Ryan et Mme Van Kerkhove ont publié un guide actualisé des mesures sanitaires contre le Covid-19 dans le cadre scolaire. « Il n’y a pas de risque zéro », a souligné le directeur général de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Après neuf mois de crise, on dispose d’un tableau plus clair sur la manière dont le nouveau coronavirus affecte les enfants, bien que de nombreuses questions demeurent sans réponse, a-t-il dit.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous