Accueil Monde Union européenne

La Commission européenne veut «abolir le règlement de Dublin» sur les demandes d’asile

La proposition de réforme de la Commission devra encore être acceptée par les Etats.

Temps de lecture: 2 min

La Commission européenne veut « abolir » le règlement de « Dublin » confiant la responsabilité du traitement des demandes d’asile au pays de première entrée des migrants dans l’UE, a déclaré mercredi la cheffe de l’exécutif européen Ursula von der Leyen.

La Commission doit présenter le 23 septembre sa proposition de réforme de la politique migratoire européenne, très attendue et plusieurs fois repoussée, alors que le débat sur le manque de solidarité entre pays Européens a été relancé par l’incendie du camp de Moria sur lîle grecque de Lesbos. « Au cœur (de la réforme) il y a un engagement pour un système plus européen », a déclaré Ursula von der Leyen devant le Parlement européen. « Je peux annoncer que nous allons abolir le règlement de Dublin et le remplacer par un nouveau système européen de gouvernance de la migration », a-t-elle poursuivi.

À lire aussi Von der Leyen veut croire au rebond de l’Europe sur les cendres du Covid-19

« Il y aura des structures communes pour l’asile et le retour. Et il y aura un nouveau mécanisme fort de solidarité », a-t-elle dit, alors que les pays qui sont en première ligne d’arrivée des migrants (Grèce, Malte, Italie notamment) se plaignent de devoir faire face à une charge disproportionnée.

La proposition de réforme de la Commission devra encore être acceptée par les Etats. Cinq ans après la crise migratoire de 2015, la question de l’accueil des migrants est un sujet qui reste source de profondes divisions en Europe, certains pays de l’Est refusant d’accueillir des demandeurs d’asile.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

25 Commentaires

  • Posté par epictete epictete, mercredi 16 septembre 2020, 15:13

    Si certains "mauvais élèves" , tels certains pays de l'Est, font de la résistance et continue à le faire, le règlement de Dublin ne s'impose à aucun état membre. C'est également un angle d'analyse de la situation. A réfléchir,

  • Posté par Delpierre Bernard, mercredi 16 septembre 2020, 20:11

    Ceux que vous qualifiez de mauvais élèves mais qui ont connu pendant plusieurs siècles l'occupation ottomane avec les oppression économique, culturelle et religieuse, sont en effet très attachés à l'unité ethnique de leurs pays. Croire dès lors qu'ils vont accepter d'être une passoire comme le reste de l'Europe est une illusion mortifère..

  • Posté par Lombard Fernande, mercredi 16 septembre 2020, 17:58

    Au nom de la liberté, nous avons fait croire aux pays de l'Est de l'Europe, que si le paradis existe, c'est chez nous. Assumons maintenant...

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une